Flux migratoires: stop ou encore?

Vider les tumeurs du capitalisme avec une petite cuillère Idéologique...

Les remugles persistants de la xénophobie et du racisme mêlés vont, à n'en pas douter, accompagner la campagne présidentielle. Un aperçu putride en a été fourni par le personnage Zemmour, les gouvernants des pays de l'est de l'UE...

De deux choses l'une, soit les progressistes humanistes parviennent à contrecarrer dans les esprits les idéologues portant ce discours de discrimination et de haine, soit nous devons nous préparer à des souffrances, des injustices et des violences légitimes. Ce serait ainsi le renforcement d'un enchaînement sans fin de troubles sociaux assurant le maintien d'un ordre économique, politique et moral indigne et brutal.

C'est hélas actuellement le mouvement général qui s'observe dans le monde. Le drame vécu par les haïtiens entre le Mexique et les USA en est l'illustration. 

L'opposition créée entre opprimés ou désespérés venant de l'extérieur et les opprimés de l'intérieur a toujours fait l'objet d'une exploitation politique rigoureuse et efficace de la part de la bourgeoisie et de ses alliés d'extrême droite. Mais visiblement les leçons de l'histoire (peu diffusées sur les médias...) ne résistent pas beaucoup au déferlement idéologique dominant. L'armada Bolloré et ses mercenaires sont efficaces. Le relais pris par la droite macronienne enfonce le clou.

Tout discours venant de ces sphères cherche à occulter la responsabilité du système économique lui-même. Guerres économiques et guerres militaires conséquences des premières ne vont que s'amplifier. Les blocs économiques USA/OTAN, Chine, Russie se livrent d'ores et déjà à une surenchère de menaces, de surarmement, de coups bas entre "alliés", de dénigrement systématique. Alors que pour les opinions publiques respectives chacun des pays concernés se dit préoccupé par les risques écologiques avérés, les gouvernements sont dominés encore et toujours par les intérêts des multinationales ou autres conglomérats financiers qui ne raisonnent qu'en terme de stratégie de domination des marchés solvables.

Ne pas porter une vision politique de rupture avec cette logique capitaliste mortifère et prétendre se préoccuper du sort des laissés pour compte, se mobiliser contre le racisme, prévenir les risques écologiques, etc., relève de la mystification politique.

Le positionnement, en France, des forces politiques de l'extrême droite aux écologistes en faveur du système économique libéral, est de mauvais augure pour notre avenir commun. Le pire n'est pas certain mais beaucoup s'y emploient.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.