DEMOCRATIE CONFINEE JUSQU'AUX...PRESIDENTIELLES?

Le sens de l'opportunité, le choc des conséquences.

Tous nous y préparent. Le virus d'abord qui semble mutin autant que mutant. Les "scientifiques" qui semblent un peu perdus face au phénomène. Les laboratoires et les boursicoteurs qui n'en espéraient pas tant. Notre Enarchie souveraine enfin, ou doit-on dire notre Synarchie régnante, qui, après s'être ridiculisée "grave" dans les premiers temps de cette valse virale, surfe sur la peur réelle et amplifiée par les médias de la soldatesque libérale, tente des coups de serpe dans le fragile édifice des libertés, vide les caisses au profit des profiteurs, relègue dans les marges de la pauvreté des tombereaux de familles, continue son travail de sape des services publics. Bref, fait salement son sale boulot.

Une chose est flagrante: quel que soit le masque plus ou moins ridicule porté par nos "présidents", tous ont montré leur capacité à saisir les opportunités offertes pour détruire plus avant les "acquis" populaires et enrichir la classe sociale dont ils sont les mercenaires dévoués.

Une crise financière? On endette à milliards les français pour renflouer les banques...qui prêtent ensuite de l'argent à l'Etat qui s'endette...Merci qui?

Un allié dictateur gênant? Une guerre vite fait mal fait et...plus de dictateur, mais un vrai bazar sanglant pour les populations locales.

Un attentat? On se précipite sur les lieux avec son attaché...de communication et on manifeste (sans LBD!) avec quelques criminels de guerre. Ce qui n'empèchera pas le même de mener "sa" guerre, comme les autres, pour "sauver" un pays où on trouve "notre" uranium.

Un autre attentat? On décide carrément de déclarer coupable a priori toute personne semblant partager la même religion. Et ça tombe bien! Depuis des années la droite et l'extrème droite enfoncent ce même clou. Communautariser le "danger" tout en condamnant le communautarisme...la routine.

Un "président" banalise dans le droit commun l'état d'exception sécuritaire, un autre (ils sont interchangeables) banalise l'état d'exception sanitaire en saisissant au vol un virus (en poussant le vice jusqu'à l'attrapper lui-même! c'est un perfectionniste).

La question qu'il(s) se pose(nt) et qu'il(s) nous posent de fait: vont-ils pouvoir tenir la "démocratie" (déjà à maints égards virtuelle) en laisse, sous cocon, confinée jusqu'au sacre d'un.e nouveau.nouvelle représentant.e de cette classe sociale qui nous mange la laine sur le dos depuis...trop longtemps? Le danger n'est plus une hypothèse de travail. C'est une question d'opportunité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.