Gédéon Peret
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Lien 7 oct. 2011

La Flore (de café) des intellectuels

Gédéon Peret
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.mediapart.fr/journal/international/061011/en-georgie-sarkozy-retrouve-lomnipresente-famille-glucksmann

La Flore (de café) des intellectuels:

Le bureau est toujours présent sur la scène. Il ne reste plus que le fauteuil de cuir. Une statuette africaine occupe l'un des coins du bureau. Dans un autre coin, on verra un planisphère. Au milieu, des livres, des papiers, en vrac. Si possible, un portrait de Modigliani ornera l'un des murs. Le miroir en pied reste présent.

Un homme, cheveux longs, veste noire sur chemise blanche -façon BHL- rédige quelque chose au bureau. Par moment, il prononce les mots qu'il écrit: "la misère..." "...cette condition humaine..."; "...au-delà des silences...";

Il cesse d'écrire. Se relit. Inspire profondément. Ses mouvements sont lents, comme si chaque geste était chargé d'une profondeur infinie. Puis, il se lève, et se place face au public, son texte à la main, les yeux fixés vers l'horizon.

B: "Là-bas...Là-bas j'ai vu. Pause. Recueillement. Emotion feinte. J'ai vu ce que les mots ne peuvent conter. Ce que la barbarie peut réaliser. Pause. J'ai vu des yeux incapables de parler tant l'horreur vécue est bien pire que la mort elle-même. Comment dire le bruit des fusils. Comment raconter les silences qui les suivent. Comme si tout devenait possible. Comme s'il devenait possible que même le soleil ne se levât pas demain matin. L'humanité a-t-elle perdu la raison? L'instinct sauvage et meurtrier a-t-il étouffé jusqu'à la dernière goutte les pleurs du coeur et de la compassion? Il serait trop facile d'accuser la folie. C'est plutôt à l'esprit qui dirige le bras qui tue de rendre des comptes. Pause.

Aussi, j'en appelle aujourd'hui à la mobilisation de toutes les forces humanistes; j'en appelle au combat de la civilisation contre les forces monstrueuses de la barbarie. Et s'il est temps de donner un sens à notre existence, alors battons-nous contre cette condition humaine que nous n'avons pas choisie... Pause. Il ferme les yeux. Et reprend avec satisfaction: "Cette condition humaine que nous n'avons pas choisie".

Il fait quelques pas dans la pièce. Revient à sa position initiale. Reprend encore une fois en détachant bien les syllabes.

B: "Cette condition humaine que nous n'avons pas choisie". Superbe. C'est magnifique.

Il revient à son bureau, rapproche le planisphère. Tout heureux comme un enfant qui joue:

B: Bon, je pense que ça conviendra très bien...Il tourne le planisphère pour chercher un pays... au Biaffra, tiens! Pause. Quoique, j'ai un doute. Je crois que j'ai déjà fait quelque chose pour le Biaffra. ça doit dater à mon avis, parce que je n'en n'ai plus qu'un vague souvenir.

Il sort un carnet. Tourne les pages. Puis s'exlame:

B:Ah, oui! ça a déjà été fait. Bon.

Il tourne de nouveau le planisphère.

B: Tiens, pourquoi pas la Tchéchénie? Il réfléchit.

B: Le problème, c'est que André se mobilise depuis des lustres sur ce coup là. Si je faisais quelque chose maintenant, j'aurai l'air d'être une sorte de "suiveur". Ou pire, j'aurai l'air de découvrir le problème. Non, non, pas la Tchéchénie. Trop risquée. Oh, là!là! ce que l'actualité est pauvre en ce moment.

Le téléphone sonne.

B: Oui, allô?...Oui...Oui, c'est bien moi...A quel propos?...Une pétition pour les sans-papiers?...Enthousiaste. Ecoutez, je crois en effet qu'il y a là une résurgence des mécanismes de biopouvoir, de sorte que la loi cache le caractère normatif et xénophobe d'une telle politique...exactement...et j'ajouterai que nous assitons là à une résurgence du droit moyennageux de vie et de mort du souverain sur ses sujets...Oui...Tout à fait...Désagréablement surpris.Pardon? André et Alain l'ont déjà signée? Ah!... Non...Non, non, je ne suis pas surpris...Néanmoins, j'aimerais, si vous me le permettez, réfléchir à la façon la plus pertinente par laquelle je pourrais servir cette cause...Voilà, laissez moi vos coordonnées, je vous rappelerai. Merci à vous...Voilà, c'est çà... Au revoir.

Il raccroche.

B: Et merde, ils m'ont encore devancé. Je manque de réactivité en ce moment. Le monde est vraiment cruel. Du moins, je vais finir par le croire. Bon, allez, je vais me remonter le moral.

Il va pour allumer une télé, ou un projecteur. Un film de lui, dans les décénnies précédentes, le représente à une tribune. Si possible, on projettera ces images sur la scène en grand. Pendant le film, le personnage sur scène reprendra par coeur les paroles du discours prononcé.

Le discours du film: "...et j'invoque les noms de Primo Levy et de Soljenitsine, comme les témoins d'un au-delà du possible, dans ce lieu de nulle part où l'humain n'a plus que son souffle fébril pour se rappeler qu'il n'est pas encore anéanti par l'épreuve du to-ta-li-ta-risme (applaudissements dans la salle; il fait mine de les refuser et dans le film et sur scène). Et comment nier alors l'horreur d'une réalité qui nous déborde, comme la marque indélibile de cette condition humaine que nous n'avons pas choisie (applaudissements).

Il se lève d'un bond et éteint le film.

B: Merde! je l'ai déjà utilisée cette expression! On risque de s'en rendre compte. Dommage, je l'aimais bien.

Il se dirige vers son bureau et raye l'expression. Il regarde son bureau. Cherche quoi faire. Il s'assied et allume la radio.

La radio: "La journaliste: Et vous, quel est votre point de vue en tant qu'intellectuel russe sur le modèle de l'intellectuel français?

-Avec un accent russe. J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour leur rôle de contre-pouvoir depuis l'affaire dreyfus. Il y a en effet un combat entre la société civile et l'Etat qui doit continuer d'être mené. Cependant, j'observe que leur fonction a considérablement évolué. Ils ont longtemps été ceux qui disaient la vérité au pouvoir au nom des opprimés. Je crois qu'aujourd'hui, ils sont ceux qui disent la vérité aux opprimés au nom du pouvoir.

-La journaliste: A quoi attribuez-vous ce renversement?

-L'intellectuel russe: Je dirai qu'ils sont un peu dans la même situation que ce médecin qui vient se confesser dans les Frères Karamazov auprès d'un grand religieux. Ils veulent se charger de la misère du monde. Mais la pitié est un sentiment de domination. En s'occupant des faibles, ils affirment dans le même temps leur volonté de prendre la place de Dieu. Non pas d'humilier Dieu, qui serait responsable de cette misère et qui n'en prend pas soin. Mais bien de le concurrencer. Alors, ils sont comme ce médecin russe: à force d'aimer l'humanité, ils ont fini par détester les hommes...

Noir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss