Gédéon Peret
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2011

Le plaisir de dire non

Gédéon Peret
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis près d'une décennie, on peut observer la parution accrue d'essais portant sur le thème de l'hyperfestivité. Deux auteurs ont dominé dans cette dénonciation d'une modernité vouée à être investie de toute part par la fête à tout prix. Gilles Châtelet tout d'abord, avec son Vivre et penser comme des porcs. Et puis Philippe Muray, dans Après l'histoire et Homo festivus. Leur cri d'alarme retentit à l'instant où le ridicule de la fête a exterminé toute trace de sérieux et de solennité.

Mais leur protestation morale est ambigüe. Pourquoi ont-ils répondu avec la même hargne et le même cynisme que produit cette modernité? Pourquoi n'ont-ils pas, à l'instar d'un Herbet Marcuse dans Eros et Civilisation et dans l'Homme unidimmensionnel, attaqué philosophiquement cette modernité en en analysant les mécanismes afin de les contourner?

C'est qu'il y a sans aucun doute chez eux un cynisme incurable qui, en même temps qu'il ronge les zones pures de l'âme, gonfle d'un malsain plaisir l'esprit supérieur qui dit non. Acculés par cette agression perpétuelle du monde, ils ont choisi l'écriture comme un lieu infini de réception d'un désespoir dont ils ne savaient plus que faire. Mais cet espace n'était pas si infini, si l'on interprète le suicide de Gilles Châtelet comme la rencontre de l'auteur avec un point de non retour. Certainement son suicide a-t-il une dimension altruiste. Il est probable que Gilles Châtelet aurait souhaité emporté dans sa tombe tout ce que le marketing a produit de festif et de misérable.

Alors certes, ils prirent du plaisir à pourfendre la bassesse de notre modernité, mais ce ne fut pas un plaisir noble, un plaisir qui rend meilleur. Non, ce fut le plaisir qui détruit, celui qui ridiculise le sérieux et la dignité, qui fait que tout se vaut, au plus bas point. Il faut donc prendre au sérieux le suicide de Gilles Châtelet. Par son acte, il nous avertit des conséquences graves qui nous guettent: le plaisir tue. Il tue l'homme envahit de ce poison, comme l'obèse gonflé de surcrerie s'étale d'un arrêt cardiaque sur le pavé avant la quarantaine. Il tue aussi l'horizon des hommes de valeurs qui croient que certaines choses valent plus que d'autre. Il détruit sans ménagement le recueillement et les saisons de l'âme. Et par-dessus tout, il interdit qu'on se détourne de lui: il exige qu'on le réclame sans cesse.

Muray et Châtelet ont identifié pour nous l'un des plus grands pouvoirs de notre modernité. Mais ils n'ont pas donné les clés intelligibles pour le contrer. Je me propose, avec ceux qui veulent me suivre dans cette réflexion, de mener enquête sur les conséquences politiques de ce plaisir. D'autres avant nous l'ont déjà fait. Inspirons-nous, et tâchons de voir qu'elles formes nouvelles ce malsain plaisir peut prendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose