Gédéon Peret
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2011

"La nuit en plein midi". Essai sur le poétique et le politique chez les indignés de Bristol

Gédéon Peret
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il portait un bleu de travail usé au niveau des genoux. Ses yeux sombres et son teint métissé d'Orient contrastaient avec la grisaille anglaise qui commençait dès le jour naissant à envahir le campement des indignés de Bristol. Il s'appelait Nima, était indigné et iranien d'origine. Le café brûlant offert par les badauds brûlait ses doigts chétifs et raffinés, trahissant ainsi son port illégitime de l'habit ouvrier. Si l'on n'y avait prêté attention, l'image d'Epinal aurait fontionnée. Un imaginaire déjà colonisé par la figure tragique de l'exploité se serait mobilisé, et avant même de l'avoir écouté nous l'aurions pourvu de la sagesse des exilés qui regardent, nos sociétés et ses travers honteux auxquels elle tient tant, avec les yeux naifs de l'enfant.

Est-il conscient de son pouvoir? La réponse vient à midi, lorsque le zénith apporte son lot de journalistes en pause déjeuner. Il est de suite repéré, comme une sorte de prêt-à-l'emblème. La demi-heure qui suit est celle d'un homme soudainement affairé sous les regards méticuleux et objectifs des investigateurs. Il propose un rassemblement impromptu non inscrit à l'ordre du jour, s'empare des feutres trainants pour tracer au hasard des espaces libres sur les cartons les cris percutant du dit mouvement. Opinant du chef, les détenteurs de la parole légitime en conviennent entre eux: c'est exactement comme ils l'avaient imaginé. Les tableaux d'informations publiques rédigés à la craie, le planning des assemblées, la collecte des eaux de pluie, l'emploi d'energies solaires, et le contraste insoluble entre l'apparente pauvreté et l'incroyable dimension progressiste qui nous rapproche du scoop. Tout s'offre à eux comme des images tournées à l'avance en studio et qu'il ne resterait plus qu'à ressaisir sur le terrain. La machine lancée, l'élément prometteur du groupe ne peut s'arrêter. Ni la séance photo, ni l'interview caméra ne briment son ardent désir de satisfaire les attentes les plus concensuelles permettant de reléguer le mouvement comme la prolongation d'un ancien, lui-même prolongeant un autrement plus ancien...en somme, la production de la banalisation.

Si un commun accord règne entre le manipulateur de symboles et celui qui s'en prétend son décodeur, c'est que tous deux ont en partage le même imaginaire. C'est comme si le campement c'était transformé en la célèbre photo du Che Guevara de sorte que les contours effraient mais que le coeur, plein de ses couleurs chaudes, rassure. Comme si la sérigraphie warholienne s'était dépéchée de réduire le présent et ses potentialités à ses traits essentiels, ramenant ainsi le contenu à son niveau minimal. Comme si la poésie du moment avait été écrite à l'avance.

Le poétique peut parler du futur parce qu'il parle de l'essentiel. Mais précisément aussi pour cette raison, le poétique ne parle pas du mouvement. Il parle de l'harmonie d'un moment, et rend belle la faiblesse. C'est pourquoi le politique ne doit en rien être précédé par le poétique. Car le politique, lorsqu'il interrompt sa monotonie pour rechercher le sens de ses fondements, a la responsabilité de reconnaître la faiblesse, sans la beauté du poétique. Il doit voir le brutal, l'obscène, l'immonde, tout ce que la société s'efforce de cacher. Le politique ne partage pas le plaisir qui naît de la beauté poétique. Il subit le dégoût pour l'affronter et s'en guérir.

L'indigné qui regarde donc dans l'anthologie esthétique du militantisme, ajourne l'élément du politique qui fait irruption. Il le fixe dans les formes poétiques préconçues qui hantent son imaginaire, et le renvoie dès lors dans la dimension de l'inactuel. Il a beau être présent physiquement, camper là chaque jour depuis une semaine, le sens du politique par lui a été ajourné.Le mouvement est cerné par le rythme du poétique qui dicte au rêve éveillé qu'est le politique, les frontières qu'il ne doit pas dépasser s'il veut éviter à tout prix de se réveiller. Voilà "La nuit en plein midi"(Aragon).

Cette soumission du politique au poétique fonctionne,vous l'aurez compris, comme une idéologie. L'imaginaire rationnel et poétique vient coloniser un réel mouvant et imprévisible pour lui donner la forme et la beauté qu'il n'a jamais possédé qu'un instant. Le plaisir que l'on prend à cette beauté est sans aucun doute l'obstacle qui empêche le politique de surmonter le poétique.Il conduit à figer l'élan premier du politique, le moment où la misère sort de ses taudis et n'a pas la moindre trace de beauté. L'aboutissement du politique passera donc par un renoncement aux beautés et délices du poétique.

"Vous n'avez réclamé ni la gloire ni les larmes/ Ni l'orgue ni la prière aux agonisants/ Onze ans déjà que cela passe vite onze ans/ Vous vous étiez servis simplement de vos armes/ La mort n'éblouit pas les yeux des partisans".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77