Gilets Jaunes et Sans-Culottes

Gilets Jaunes et Sans-culottes © Pierre Reynaud Gilets Jaunes et Sans-culottes © Pierre Reynaud
Il suffit de connaître un tout petit peu notre grande Histoire de France pour savoir que les Gilets Jaunes d’aujoud’hui sont les nouveaux Sans-Culottes du 21 ème siècle.

Mais qui étaient donc les Sans Culottes ?

À l’origine, c’est le nom donné par mépris, au tout début de la Révolution française de 1789, aux manifestants qui portent des pantalons à rayures et non des culottes, symbole vestimentaire des aristocrates de l’Ancien Régime. Dans les faits, les sans-culottes sont des révolutionnaires du petit peuple de la ville et défenseurs d’une République égalitaire. À l’époque, ils sont jugés par les autres révolutionnaires comme des individus « radicaux » car ils préconisent la démocratie directe, sans aucun intermédiaire. Leur tenue est constituée d’un pantalon à rayures bleues et blanches, au lieu de la culotte courte et des bas portés par les nobles et les bourgeois. Ils arborent également un bonnet phrygien rouge porté aussi bien par les hommes que par les femmes. Cette coiffure est un signe de protestation exhibé par des commerçants, des artisans, des employés, des avocats, ou encore des bourgeois, mais aussi par des personnes de toutes conditions qui se présentaient comme « patriotes ». Ainsi, le bonnet phrygien devint rapidement un symbole de ralliement et une manière de réponse violente à la noblesse du moment.

Il faut dire aussi que le sans-culotte représente alors une nouvelle forme de société, étant devenu alors un personnage important de la Révolution française. Il s’oppose à celui de l’aristocrate par son costume évidemment, mais aussi par ses manières, son langage, ses symboles empruntés aux couches les plus populaires de Paris. En clair, les sans-culottes déclenchent un effet de mode dans tous les domaines : l’habillement, le langage, la musique, la décoration, la cuisine, la civilité, l’humour, la manière d’être et de parler et même les idées nouvelles  : le sans-culottisme.

Mais revenons aux Gilets Jaunes, nos « révolutionnaires » actuels. Lire la suite



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.