Le président Macron a-t-il gagné face au mécontentement populaire ?

Macron a-t-il gagné ? © Pierre Reynaud Macron a-t-il gagné ? © Pierre Reynaud
Je n’ai jamais apprécié la politique de Monsieur Macron et sur ce point, je ne suis pas le seul. Si je considère que le chef de l’État ne possède pas une vraie capacité pour gouverner le pays, et de surcroît, s’il manque aussi d’humanité, il n’en reste pas moins vrai que le président ne cesse de nous surprendre et de nous étonner, ce qui est tout à l’honneur de son intelligence.

Déjà, en 2017, peu avant les élections présidentielles, il avait su mettre en place une campagne électorale comme peu de candidats savent le faire: ratisser de tous côtés et parvenir à rassembler des électeurs de gauche et de droite pour créer en un temps record un mouvement « en marche », du jamais vu depuis toujours. De même, Macron a eu l’immense talent de savoir lever les fonds nécessaires pour financer une campagne nationale, ce qui est très loin d’être gagné à l’avance, faut-il bien le préciser.

Élu président, Emmanuel Macron a lancé l’idée d’une nouvelle démocratie, moderne, jeune et avant-gardiste, ce qui a été un véritable enthousiasme pour certains qui souhaitaient une autre vision de la politique, plus transparente et moins corrompue.

Mais si le programme de Macron prévoyait une réforme profonde de la France et des institutions, la déception fut toutefois rapide pour de nombreux citoyens qui n’avaient pas ressenti dans leur quotidien le changement tant attendu.

Devenu aux yeux du peuple, le « président des riches », incapable de comprendre les difficultés et parfois les drames d’une société en mal de reconnaissance, Emmanuel Macron s’est trouvé confronté soudain à une crise inattendue qui allait déstabiliser le pays en quelques jours. Cette crise commencée au mois d’octobre 2018 allait se traduire par six mois de manifestations conduites par le mouvement des Gilets Jaunes.

Lire la suite



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.