Notre-Dame de Paris ou les malheurs de la France

L'incendie de Notre-Dame de Paris : Accident involontaire ou volontaire ? Crime humain ? Attentat terroriste ? L'enquête risque d'être très compliquée.

Notre-Dame de Paris avant et après l'incendie © Pierre Reynaud Notre-Dame de Paris avant et après l'incendie © Pierre Reynaud
Quel drame ! Il n’y a pas de mot assez puissant pour parler de la catastrophe qui vient de toucher le plus beau monument parisien … âgé de plus de 800 ans !

Notre-Dame de Paris c’est toute l’histoire et l’âme de la capitale. Que l’on soit catholique, que l’on appartienne à une autre religion ou que l’on soit athée, on peut admirer cet édifice majestueux qui fait rêver les parisiens certes, mais aussi, les touristes du monde entier. Sans oublier que la cathédrale a été immortalisée également par Victor Hugo, le plus grand écrivain français de tous les temps, faut-il le rappeler. Sans oublier non plus les films, les pièces de théâtre où les spectacles musicaux qui se sont inspirés de son histoire pour créer les très belles œuvres que nous connaissons.

Et puis … et puis, voilà. Soudain la tragédie en cette belle soirée du 15 avril où le printemps éclaire Paris et donne à la plus belle ville du monde des couleurs exceptionnelles.

Huit siècles d’histoire qui partent en fumée en quelques minutes, laissant la cathédrale totalement mutilée, perdant sa flèche sous les yeux consternés d’une foule impuissante au malheur qui vient de détruire le monument.Il faut dire que nous avons eu très très … très peur. Pendant quelques heures, nous avons connu les pires craintes sur l’avenir de la cathédrale. Sous l’effet du violent incident et de la chaleur intense qui régnait aux alentours, les tours étaient menacées d’effondrement, ce qui aurait été la pire des catastrophes. Heureusement, elles ont été épargnées, mais il n’en reste pas moins vrai que la reconstruction du monument sera difficile et très longue : pas moins de 40 ans de travaux pour un résultat qui ne sera jamais à l’identique, même s’il les bâtisseurs et les artistes s’appliquent à reconstituer au plus près les parties détruites.

Mais, aujourd’hui, il est indispensable de se poser des questions sur les raisons qui sont à l’origine de la catastrophe. Lire la suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.