RÉFORMES DES RETRAITES : LES PISTES EXPLOSIVES

Allongement de la durée de cotisation, âge pivot, système par points... Les partenaires sociaux sont déjà vent debout contre de nombreuses pistes de la réforme des retraites, agitant la menace d'un mouvement social de grande ampleur.

Jean-Paul Delevoye © Pierre Reynaud Jean-Paul Delevoye © Pierre Reynaud
A quoi la future réforme des retraites va-t-elle ressembler ? 

Les partenaires sociaux ont été reçus jeudi 5 et vendredi 6 septembre pour une deuxième phase de concertation à Matignon, en présence d'Agnès Buzyn et de Jean-Paul Delevoye.

Le Premier ministre doit désormais faire des annonces sur la méthode, la concertation citoyenne et le calendrier de la réforme des retraites "dans le courant de la semaine prochaine". 

Les débats sont loin d'être terminés.

En juillet dernier, le haut commissaire a présenté des pistes pour aboutir à un système de retraite plus juste, "universel" et par points. Exit donc les 42 régimes de retraite existants. 

Ce principe même est d'ores et déjà contesté par certains syndicats, comme Force ouvrière et la CGT.

Certaines pistes du rapport Delevoye sont également décriées. 

C'est le cas de l'instauration d'un âge d'équilibre à 64 ans pour toucher une retraite à taux plein. L'âge légal de départ resterait fixé à 62 ans, mais l'objectif de l'exécutif est de fait clair : inciter les Français à travailler le plus longtemps possible, afin d'assurer l'équilibre financier du futur système. Et pour cause, dix milliards d'euros manquent toujours à l'appel. 

La création d'un âge pivot est loin de constituer l'unique sujet de discorde. 

Les sondages montrent que les Français eux-mêmes sont très partagés sur cette réforme des retraites. 

44% des personnes interrogées y sont opposées, contre 33% des sondés favorables et 22% qui ni sont ni favorables ni opposés, révèle un sondage Elabe pour Les Echos, Radio Classique et l'Institut Montaigne, ce vendredi 6 septembre.

Âge légal de départ à la retraite et âge d'équilibre

C'est sans aucun doute la piste la plus explosive de la réforme des retraites. 

Dans son rapport, le haut commissaire suggère de créer un âge d'équilibre à 64 ans pour toucher une retraite à taux plein.

En clair, l'âge légal de départ à la retraite resterait fixé à 62 ans, mais votre pension de retraite serait pénalisée par un malus si vous partez à cet âge. Très concrètement, un système de bonus-malus serait mis en oeuvre. Pour rappel, le système de décote/surcote existe déjà pour les pensions de retraite complémentaires de l'Agirc-Arrco actuellement.

Dans son rapport, Jean-Paul Delevoye donne l'exemple de Paolo ... Lire la suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.