Opération sentinelle : les graves erreurs de Macron

Acte 19 : opération Sentinelle © Pierre Reynaud Acte 19 : opération Sentinelle © Pierre Reynaud
À la veille de l’acte 19 des Gilets jaunes, il semble que le président Emmanuel Macron ne mesure pas l’importance et la gravité de ses décisions, quand il a ordonne l’envoi du dispositif Sentinelle afin de remplacer les forces de police de gendarmerie pour protéger certains points statiques de la capitale.

Pourquoi une telle erreur de stratégie ?

En France, pays démocratique par excellence et qui n’a jamais ressemblé jusqu’à ce jour à une dictature, l’usage de l’armée n’existe pas pour le maintien de l’ordre sur le territoire national. La dernière fois que les militaires sont intervenus, remonte à l’époque des événements de la guerre d’Algérie.

Quand on interroge les hauts gradés de l’armée, officiers supérieurs ou officiers généraux, on comprend facilement qu’une telle décision est certainement technique, mais encore plus politique.

Et là-dessus, il faut être précis : l’armée est une force qui n’est pas entraînée, ni formée et encore moins équipée pour le maintien de l’ordre. En clair, les militaires reçoivent un entraînement et un équipement, uniquement destinés à la guerre de terrain, leur formation s’appliquant en particuliier à l’utilisation des armes létales, celles qui sont destinées à tuer.

Il est donc évident que la présence de l’armée dans des manifestations populaires est un facteur de risques très élevé, que ce soit à l’échelon politique ou au niveau humain.

Que pourraient faire les militaires en cas d’attaque ?

Comme nous le savons, les militaires ne sont pas formés ... Lire la suite



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.