Le combat pour les lignes et les petites gares

SOS trains - Sauvons nos lignes et nos gares © Pierre Reynaud SOS trains - Sauvons nos lignes et nos gares © Pierre Reynaud
La France a été pendant longtemps un exemple pour la démocratie, pour les libertés individuelles comme aussi pour la solidarité nationale liées à l’espace public.

D’une telle situation, tous les citoyens ont pu bénéficier pendant de très longues décennies des avantages que leur procure la collectivité, à savoir l’école gratuite et l’éducation, le système de santé, les services administratifs de proximité, les voies de transports permettant à chaque village, qu’il soit le plus isolé dans l’espace territorial, d’être en liaison avec les autres agglomérations et les grandes zones urbaines. Et aujourd’hui, c’est ce dernier sujet que nous abordons tant il semble important pour la vie de nos communes et de nos campagnes.

Depuis longtemps déjà, l’État a pour objectif de supprimer les lignes de chemin de fer qui desservent les milieux ruraux. Le prétexte est la mauvaise rentabilité de ces lignes pas assez empruntées par les voyageurs, selon les rapports effectués par l’Administration.

Ainsi, le rapport Spinetta publié le 15 février 2018, du nom de son auteur (Jean-Cyril Spinetta ancien patron d’Air-France-KLM) montre du doigt quelques 13.500 kms de lignes environ qui ne seraient pas rentables, ce qui sous-entend leur fermeture à court ou moyen terme. En clair, ce sont de très nombreux villages qui seront demain encore plus isolés qu’ils ne le sont aujourd’hui, et même si à demi-mot on promet à l’usager, que les lignes ferroviaires seront remplacées par des réseaux de bus, la situation reste très préoccupante quand on sait que les promesses politiques dans un tel domaine, sont rarement tenues. Et la-dessus, les exemples sont déjà édifiants et assez fréquents : ainsi, dans de nombreux départements, des villages et des hameaux ne bénéficient d’aucune desserte réelle, bien qu’il existe en bordure de route, quelques arrêts de bus indiqués par des panneaux à peine visibles. Lire la suite

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.