VIVRE AU QUOTIDIEN ? un casse-tête pour certains citoyens

Vivre au quotidien ? © Pierre Reynaud Vivre au quotidien ? © Pierre Reynaud
Pour de nombreux citoyens et citoyennes, la vie au quotidien est un véritable casse-tête. Souvent, à partir du 15 du mois, le compte bancaire est vide ou presque, parfois même déjà à découvert. Et c'est à ce moment-là que se perpétue la galère journalière : payer ses factures, mettre du carburant dans la voiture, faire face aux dépenses imprévues et urgentes, faire un tout petit plaisir à ses enfants, et se priver, sans cesse de tout et encore de tout. 

Et pourtant, cette vie douloureuse qui empêche toute avancée et tout projet d'avenir, est liée à un travail souvent pénible, mais par contre peu rémunérateur. 

Dernièrement, j'ai rencontré sur un rond-point (Gilets Jaunes) une femme qui travaille dans une entreprise. Elle est divorcée, avec deux enfants à charge (14 et 10 ans). Pour améliorer son quotidien, elle parvient à faire quelques heures supplémentaires. Malgré cela, elle précise : "Mon travail permet de faire vivre ma famille 17 jours par moi. A partir du 18 ème, tout devient compliqué et certains jours, la situation peut être dramatique. Afin que mes enfants ne manquent de rien ou presque, je me prive même de manger correctement. Je ne parle pas du côté vêtements ou loisirs. Pour moi, cela n'existe pas. Je n'ose pas envisager ce que sera ma vie d'ici un an ou deux. Car, je ne sais même pas si je pourrai conserver mon emploi, l'entreprise rencontrant des difficultés actuellement."

Le cas ci-dessus est courant, très banal, hélas. Combien de personnes ou de familles se trouvent dans une telle situation !

Lire la suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.