La danger élyséen ...

Réflexion : le chef des armées (détenteur officiel de l’arme nucléaire) est-il responsable de ses actes ?

Le danger élyséen © Pierre Reynaud Le danger élyséen © Pierre Reynaud
Après les événements de ces derniers jours, une réflexion revient sans cesse à l’esprit, suite à la réquisition de l’armée pour l’acte 19 des Gilets Jaunes : Que s’est-il passé dans la tête du président Macron pour prendre une telle décision ?

De mémoire, personne n’avait vu l’armée dans les rues de Paris à l’exception évidemment du défilé traditionnel du 14 juillet sur les Champs Élysées. Autrement, il faut remonter 79 ans en arrière en juin 1940 pour voir défiler des soldats dans la capitale ; mais en fait, il s’agissait alors des troupes allemandes venant occuper les quartiers parisiens emblématiques.

Ainsi, pour faire face aux éventuels débordements des manifestations, Emmanuel Macron agissant en qualité de président de la République, chef des Armées (article 15 de la Constitution), a voulu jouer au « petit soldat » qui donne des ordres sans y réfléchir avant, le tout dans une désinvolture propre à son personnage, autoritaire et inconséquent.

En choisissant de mobiliser les militaires de opération Sentinelle, il a voulu montrer sa domination et sa puissance, alors que cette décision n’avait aucun sens. Nous savons tous que l’armée est déployée uniquement pour protéger les lieux sensibles, soulageant ainsi les forces de l’ordre engagées sur le terrain. Il n’est jamais question que les soldats aillent au contact des manifestants. Lire la suite



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.