La grève des examens

La grève des examens tourne à celle des corrections

La grève des examens © Pierre Reynaud La grève des examens © Pierre Reynaud
"Une ligne rouge a été franchie".

La formule du Snpden, le principal syndicat de chefs d'établissement, résume la situation d'exaspération d'une partie des enseignants, déterminés à faire plier le ministre. Un mouvement de rétention des notes, lancé par des assemblées générales en philosophie est en train de gagner d'autres disciplines.

Pour la philosophie il est suivi dans 4 académies.

Dans l'enseignement professionnel, où le bac est corrigé dans des centres, la grève des corrections prendra la forme de piquets de grève. Tous ces mouvements visent à empêcher la tenue des jurys le 4 juillet et donc le retard de la publication des résultats à moins que le ministre accepte le dialogue avec ces enseignants.

"Si le bac passe à 45% en contrôle continu, sa valeur variera avec la réputation du lycée où il est passé ; ce qui aura un impact sur les poursuites d’études", écrivent des professeurs de philosophie de l'académie de Dijon.

Pour lire la suite, CLIQUEZ ICI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.