Référendum : la vraie solution démocratique

Référendum : la vraie solution démocratique © Gene Reynaud Référendum : la vraie solution démocratique © Gene Reynaud
Il faut reconnaître que la naissance des Gilets Jaunes est une opportunité pour l’avenir de la France. Voici longtemps que nous attendions un changement démocratique qui ne venait jamais. Au printemps 2016, il y a bien eu l’arrivée de Nuit debout dont on avait tiré alors de grands espoirs. Hélas, le mouvement n’a rien apporté de concret à qui que ce soit, le collectif s’étant essoufflé très rapidement.

Depuis, la situation a bien évolué avec les élections présidentielles où semblait naître un monde nouveau à travers la candidature d’Emmanuel Macron. Ce dernier, projetant une démocratie novatrice qui se débarrassait des méthodes surannées de la gauche et de la droite, laissa en entrevoir une société moderne, tournée vers l’avenir et la jeunesse avec de surcroît, l’instauration d’une république exemplaire. Autrement dit, un idéal de démocratie où chaque citoyen trouverait sa place à l’inverse du vieux monde où les vieilles combines politiciennes et l’injustice sociale avaient détruit les valeurs républicaines fondamentales.

En novembre 2018, la France a compris que la politique de Monsieur Macron n’était que mirage et désespoir.

Face à ce chaos national où seuls les plus riches profitent de tous les privilèges que leur accorde la puissance politique, le citoyen aura besoin de réagir dans l’urgence, s’il veut se survivre au cataclysme qui pointe à l’horizon. Et s’il souhaite éviter cette catastrophe annoncée, il n’y a guère d’autres choix que celui qui consiste à reprendre le pouvoir qui lui a été confisqué.

La vraie solution passe par la refonte de la Nation et tout particulièrement de la République.

En dehors d’un référendum social indispensable pour apporter à chaque citoyen, plus de justice et plus de solidarité, tout en lui garantissant l’emploi, le pouvoir d’achat et l’accès facile aux soins médicaux, il est aussi indispensable de mettre en place un programme de consultation nationale qui permettra de modifier en profondeur la Constitution et de réformer l’ensemble des institutions.

Bien évidemment, un changement de constitution permettra de mieux répartir les attributions des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Il est clair que le Parlement devra être plus puissant au détriment de l’exécutif aujourd’hui trop présent sur le devant la scène.

Ainsi, les députés de l’Assemblée nationale seront désignés au scrutin proportionnel de manière que les partis politiques soient représentés au niveau de l’État en fonction de leurs élus. De même, l’élection des sénateurs sera soumise au suffrage universel avec une représentation proportionnelle.

Hormis ces changements, d’autres transformations verront le jour, notamment dans les actions multiples touchant par exemple, la présidence de la République, ou encore le fonctionnement de certaines institutions vouées à être réformées ou à disparaître si elles s’avèrent inutiles.

Dans un tel contexte, pour rétablir une vraie démocratie où chaque individu puisse vivre librement et décemment, les décisions relevant des grands problèmes sociétaux, ne devront plus être prises par le seul Parlement, mais aussi par l’ensemble des citoyens et des citoyennes, sous la forme irrévocable de référendums populaires.

En son temps, Charles de Gaulle avait adopté ce système pour les grandes causes françaises et ce fut très important pour la société de l’époque.

Désormais, pour garantir la démocratie et l’avenir de la France, il est indispensable de recourir au référendum qui permettra d’une part, de faire participer les Français et les Françaises aux grands débats de la Nation, et d’autre part, de réduire l’abstention, les électeurs étant certainement plus motivés pour voter sur un projet de société, que pour élire un candidat.

Pour ma part, j’ai toujours considéré et je considère encore, que le référendum reste la seule et la vraie solution démocratique.

Gene REYNAUD

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.