Terminé
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2019

Lettre à Christine, directrice d’école

« Aujourd’hui, samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée, après seulement trois semaines de rentrée. »

Terminé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Aujourd’hui, samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée, après seulement trois semaines de rentrée. » 

C’est par cette phrase terrible que tu commences cette ultime lettre à ta hiérarchie, Christine. Terrible, oui, car toi, la directrice motivée, à l’écoute des enfants, des parents de ton équipe, tu as déjà décidé de l’irréparable : ton sacrifice sur l’autel d’une institution sourde aux appels maintes fois exprimés du monde enseignant. 
Tout ce que tu égrènes dans cette dernière lettre, les directrices et directeurs d’école le connaissent et le vivent au quotidien:

- les difficultés d’organisation d’une rentrée sereine, parce qu’il faut qu’elle le soit,

- les menaces d’une fermeture de classe, les structures pédagogiques à faire, à défaire, à refaire...

- la gestion des absences non remplacées

- le manque de matériel

- la mise en place de réformes inutiles ou stupides qui seront remplacées par d’autre réformes tout aussi inutiles et stupides à chaque changement de ministre

- le manque de soutien de la hiérarchie

- les tableaux à remplir pour les fameuses statistiques dont on ne fait rien

- l’organisation des APC et la violence des rythmes scolaires imposés par Peillon, douillettement installé, son forfait accompli, au Parlement Européen où il ne fait rien

 «  Je suis tellement fatiguée... » dis-tu, renvoyant ceux qui nous gouvernent à leur indifférence, leur incompétence, leur cynisme, leur arrogance, leur mépris.

 « J’ai une boule dans la gorge depuis ce matin et j’ai envie de pleurer et je suis tellement fatiguée. »

Par cette phrase tu exprimes la souffrance des directeurs d’école et des équipes, souffrance forcément tue d’ordinaire, ou plutôt cette souffrance que l’on ne veut entendre : surtout pas de vagues, obligation de réserve, ne rien dire de cette fatigue, de cet intolérable sentiment d’impuissance devant des directives venues d’en-haut, directives imbéciles dont on sait qu'elles déboucheront sur encore plus de stress, qu’elles ménageront encore moins de temps pour les enfants, les parents, les équipes.

Chère Christine, qu’ont-ils fait de toi, de ton enthousiasme, de ton amour de ce métier impossible et magnifique?

Pauvre France, qu’as-tu fait de ton école?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux