GEORGES BEISSON
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juil. 2015

GEORGES BEISSON
Abonné·e de Mediapart

L’indifférence à la Grèce

GEORGES BEISSON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le monde a brutalement cessé d’être civilisé

Indifférence aux retombées inhumaines du programme imposé à la Grèce par des créanciers préoccupés uniquement de la sauvegarde d’intérêts égoïstes : indifférence aux autres, c’est là le nœud du problème. Le monde a brutalement cessé d’être civilisé. Ignorée la voix du peuple, ignorée la solidarité, ignorée la souffrance des plus démunis ! Foulée aux pieds la démocratie. Détruits les principes chèrement acquis au cours des deux siècles précédents : bafouée la fraternité, asservie la liberté, promue l’inégalité. L’Union Européenne, devenue de facto un outil économique et politique à la solde d’intérêts privés qui ne cessent de l’utiliser à l’encontre des pays membres, vient d’en donner en Grèce un symbole éclatant !

Il faut donc s’en prendre à la racine de cet égoïsme destructeur, c’est à dire à la prise de contrôle économique et politique du monde par la mafia des privilégiés.

L’asservissement de 99,9 % de la population mondiale par les 0,1% qui constituent les « classes dominantes » est la cause de tous les dysfonctionnements d’origine humaine que connaît le monde d’aujourd’hui, y compris en Grèce. C’est aussi simple que cela ! Malheureusement, l’habileté des membres de ces classes, joint au fait qu’ils possèdent les principaux organes de presse et les grandes chaînes de télévision, fait que cette situation est présentée comme « normale » et apparaît comme telle aux yeux de beaucoup de nos concitoyens. Que vienne le jour où le peuple prend enfin conscience de la perversité des « classes dominantes », nuisibles et irresponsables, et il devient alors heureusement possible de les anéantir.

Supprimer les privilégiés.

Il faut une nouvelle nuit du 4 août pour abolir les privilèges.

Limiter les rémunérations à un montant d’environ 30 fois le SMIC, condamner pour escroquerie ceux dont la rémunération excède ce montant – se faire octroyer une rémunération abusive par un « Comité des rémunérations » composé de compères constitue bien une escroquerie, délit puni de cinq ans de prison et de 375.000 € d’amende – et confisquer la part de leurs fortunes en résultant. Entre parenthèses, ces sommes permettraient de contribuer à l’effacement de la dette grecque, et, bien au delà, à venir en aide à de nombreux humains et à investir utilement …

Le classement Forbes permettrait d’organiser de façon rationnelle l’action en justice : la mise en examen des privilégiés délinquants pourrait se faire dans l’ordre décroissant des fortunes !

Ajouter à tout cela une réforme du statut de la société anonyme – pour y intégrer l’ensemble des parties prenantes – ainsi qu’une réforme du droit des brevets et des redevances.

Oui, décidément, un autre monde est possible.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel