Avis de grand frais

Sur le Golfe d'Eugène ...

golfe de Gênes golfe de Gênes

Eugène était SDF à Gennevilliers, un des piliers du lieu d'accueil de jour de la Fondation Abbé Pierre au 29 de la rue Edmond Darbois vers les années 2000.

Il allait voir parfois son père dans les Vosges pour l'aider à faire et rentrer son bois et revenait bien vite car là bas dans le village les regards devenaient vite insoutenables. Au moins ici à Gennevilliers il avait des compagnons et d'autres possibilités, presque un statut.

Des jours ça n'allait vraiment pas, le mauvais temps, la pluie, les bagarres, la manche qui n'avait rien donné à la sortie de Carrefour. Il avait toujours des bouteilles planquées ici ou là dans des recoins de la ville et le stock était parfois à zéro.

Il avait eu un boulot, une compagne, mais la dernière, l'alcool,  lui a fait perdre beaucoup. Il était la plupart du temps de bonne humeur et toujours le mot pour rire mais quand ça n'allait plus, je le regardais et lui disait en prenant l'intonation du bulletin météo des années 70 à la radio: "avis de grand frais sur le golfe de gênes".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.