Pierre levée et abeilles

De l’influence des pierres levées et réseaux telluriques sur le comportement des colonies d'abeilles

Une pierre levée c’est un menhir ou un dolmen par exemple

rucher la jarousse pierre levée rucher la jarousse pierre levée

2018

J’ai trois ruches chez Marie Claude sur la commune d’Angoisse en Dordogne à 10km de Coussac Bonneval là où j’habite, en 2018 une a produit 6 hausses de miel soit entre 100 et 110kg (ruche du milieu), celle de gauche  a produit 60kg, la troisième, celle de droite sur la photo rien, elle a changé sa reine.

rucher la jarousse pierre levée rucher la jarousse pierre levée

2019

Cette année au printemps c’est un peu la dèche pour les abeilles, mais là, à la Jarousse chez Marie Claude production au printemps 2019: 60kg de miel, cette fois ci la troisième, à gauche a fait 20kg.

Après le pissenlit à la fin du mois d’avril 2019  je prélève des abeilles sur les trois ruches de peur de les voir essaimer, je fais trois nouveaux essaims,  dernièrement en juin je vais les voir et là elles sont en très grande forme elles ont du miel alors que partout en France, Limousin c’est la famine et les apiculteurs achètent des tonnes de sirop. En juillet récolte 145 kg total annuel 205 kg voir sur la photo 9 hausses de miel

Pour expliquer le pourquoi de ces rendements phénoménaux, je disais que l’endroit était favorable, il n’y avait que trois ruches, oui mais il y a d’autres endroit aussi ou j’ai seulement trois ruches, là c’est trop, 4 fois la moyenne admise pour la zone et des ruches sédentaires. 

Alors je me rends compte que le lieu dit juste avant les ruches c’est : « pierre levée » et cela me renvoi à des lectures récentes sur les menhir, dolmen et mes rencontres et discussions avec Jan Dau Melhau.

J’ai lu que proche des « pierre levée », l’environnement est très favorables aux humains, plantes et animaux.

Les anciens (il y a plusieurs milliers d’années) maîtrisaient parfaitement cette science du positionnement des pierres levées, elles n’étaient pas implantées n’importe où, elles étaient installées aux croisements de réseaux telluriques (Hartmann et Curie entre autres) et selon d’autres critères que nous avons perdus au fil des temps. Les implantations étaient en relation les unes avec les autres. 

Les géo-biologues (radiesthésistes, sourciers, …) savent mesurer la puissance du lieu (unité Boris pour info) aussi ils savent sur un terrain où mettre la maison, les arbres, il y a des positions favorables et d’autres non.

En apiculture des études récentes ont été menées  sur le comportement des colonies en fonction de leur position sur le sol (voir géobiologie et abeilles) elles montrent l’importance du positionnement des colonies par rapport aux réseaux telluriques afin de diminuer les mortalités d’abeilles et d’améliorer la production. Une étude menée par S.Cardinaux et A.Champendal indique  que la position pour une bonne production est un nœud de réseau Hartmann par contre pour un bon hivernage la colonie doit être déplacée sur une zone neutre 

N’ayant pas déplacé les colonies de La Jarousse  pour un bon hivernage  j’en déduis  que la pierre levée placée à proximité des trois ruches a fait son œuvre elle aussi.

je vais donc continuer à m'instruire et les pensées de Pierre Dac (cette fois ci) devraient m'être utiles

boite-a-livre2

A suivre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.