Georges Bonnet
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2020

covid 19 - the thril is gone- EHPAD-Cerise sur le gâteau

Georges Bonnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

The thrill is gone away for me

Covid 19

Plus d’avions dans le ciel.

Un printemps extraordinaire, des fleurs et du miel. Les humains toujours aussi confiné et pas que chez eux, dans leur têtes aussi.

Je me posais la question souvent « qu’est-ce qui pourrait stopper ce monde », une suractivité du soleil comme en 2012 mais les charges électriques (vent solaire) ont été envoyées dans une direction opposée à la terre. Dans le cas où on aurait pris la dose dans la tronche, tout aurait disjoncté, des térawatts sur les lignes, tout parterre plus de courant, de télécom et d’internet, de Smartphone ; les cartes de crédit effacées …

Et bien non juste un petit virus a fait l’affaire, c’est dire la fragilité de nos systèmes de sociétés.

La COP 21 ? Enfin respectée !

Vive la sécurité ! Ayons peur de mourir, mais non il ne s’agit pas de nous mais des autres. Mais que fait le gouvernement !

Qu’est-ce qui pourrait stopper le monde ? La montée des eaux ? Mais non c’est pour dans 50 ans, et puis 1 mètre ce n’est pas la mer à boire. Enfin si on pouvait.

Ce 3 avril on gère la crise, j’ai une autorisation de sortie permanente du fait que je dois aller voir les abeilles qui se foutent pas mal de ce qui arrive et qui sont branchées nature.

Y a plus de masques ? Ils sont tombés, vous les trouverez par terre. Tout le monde râle, il ferait mieux d’essayer de se démerder seul et de ne rien attendre du chef ou de l’état.

Il est temps de se demander enfin qu’est ce que c’est que cette vie que l’on mène et de prendre le temps, par obligation, « et maintenant que vais-je faire ?». La force du capitalisme auquel nous participons tous est de prendre votre argent et votre temps. Là le temps est arrêté pour le capitalisme et il est temps de reprendre la main sur nos vies. Mais non, pas du tout, tout ne va pas recommencer comme avant ?

Les EHPAD, ce n’est pas du joli de caser nos vieux là dedans, moi mes vieux n’ont pas été là dedans, dès fois certes on ne peut pas faire autrement mais la plupart du temps on se débarrasse du pb, car il faut bien courir à ses préoccupations de travail, vacances et consommation.

En 2017, par deux fois je suis allé dans des EHPAD, faire une animation sur la vie des abeilles. En fait c’est une réanimation qu’il aurait fallut faire.

EHPAD de Pompadour, des Zombies. Un seul « résident » était apparemment intéressé par mes explications, par la suite j’ai appris que ce monsieur était venu voir son épouse atteinte de la maladie d’Alzheimer. J’ai expliqué à un autre monsieur qui avait été agriculteur ce qu’il se passait dans une colonie d’abeilles avec une ruche vitrée, il avait l’air très intéressé, après une dizaine de minutes d’explications et devant ma constante détermination, une « soignante » c’est approchée de moi et a glissé dans mon oreille « ne vous fatiguez pas il est sénile ». Je pense donc que c’est ma voix qui devait l’intéresser, une voix rien que pour lui. Bon, heureusement je n’étais pas tout seul, Dominique était là pour faire goûter le miel. Quand je suis parti, quand même qu’est ce que c’est que ce truc.je me sentait très mal, brusquement une des réalités de notre société de cons sommations, en fait il n’y a pas de sommations juste des abandons.

Un peu plus tard rebelote, une jeune doctoresse vient me voir à la maison pour intervenir à La Juvénie, autre EHPAD dans le coin, évidemment je n’ai pas dis non, parce qu’elle était tellement jolie et jeune et pleine de convictions, une débutante mais quand même si jolie que …

Mais là, méfiant, en plus de Dominique j’emmène Guillaume avec moi, lui il à la tchatche pour réveiller des morts, mais ça n’a pas suffit. 

Arrivé sur place je me suis tout de suite dis « que suis-je venu faire dans cette galère ».

Faut voir le truc, d’abord on entre le matériel, une ruche complète (sans les abeilles) pour toutes les explications, la récolte du miel et du pollen avec une trappe et c’est quoi ça ? La ruche vitrée histoire de voir une reine d’abeille et les miels à goûter. On fait trois groupes  car ils sont une cinquantaine et on recommence trois fois les explications. Là aussi que des Zombies lobotomisés par les médicaments ; finalement il y a que les « soignants » qui suivent, cela leur fait une diversion dans la routine mortifère des jours qui passent. Et puis dans le cahier des activités pour les « familles » il sera marqué qu’il y a eu une activité pour les « résidents » et que vraiment ici on s’en occupe bien.

Et puis il y a Jeanne, Jeanne Granger ma voisine que je croyais morte depuis dix ans et qui est là et qui aujourd’hui est centenaire. Elle avait eu une aventure avec mon père Pierre Bonnet, puis finalement cela ne s’était pas fait. Elle était boulangère. Je me présente, je suis Georges Bonnet, elle me reconnait, je lui parle de Pierre Bonnet de son Mari Ernest qui avait un gazogène pour faire ses tournées et quand j’allais discuter avec eux sur le banc devant la maison. Toute l’après midi dans cet EHPAD, le fil rouge c’était Jeanne, dès que nos regards se croisaient elle souriait et me faisait un signe. A la fin je suis allé lui dire au revoir et me suis rendu compte en fait qu’elle ne m’avait pas reconnu, où alors je n’étais plus sûr. Bon enfin je suis parti très secoué de tout ce Bazard et cette mascarade.

Aujourd’hui Covid 19, c’est l’enfer dans les EHPAD. L’enfer dans l’enfer ce doit être le paradis non ? C’est mathématique.

Faut être solidaire, les SDF eux sont confinés dehors depuis longtemps ; ils seraient 200 000,

« Viens chez moi j’habite dehors » ça c’est le livre d’une SDF qui avait des capacités intellectuelles.

Comment faire la manche quand les donneurs sont confinés ? Pour les donneurs de sang il y a une « autorisation de sortie »

 Et pour les donneurs de monnaie ? Ce n’est pas la priorité.

Dominique est sortie pour la première fois hier, avec un masque, au supermarché, elle a foutu la trouille à plein de pékins crétins, pas de problème, la route dans les allées se dégageait à son passage. Relire « la peste » de Camus ;  revoir « le hussard sur le toit» film de Rappeneau et livre de Giono; relire «les animaux malades de la peste » (La Fontaine).

A part cela j’avais un contrôle MSA (sécurité sociale des agriculteurs) le 02 avril 2020, mais voilà le covid 19 est passé part là. Contrôler si mes revenus sont bien les revenus déclarés, savoir si je me suis trompé par hasard, ou si j’aurais menti. Venant d’une administration qui m’envoie un document de dix pages avec mise en demeure de payer la somme de 9,82€ car les coefficients de calculs de certains prélèvement étaient erronés et donc sur les fiches de paies des deux salariés  il y avait une erreur et donc cela a générer la suite.

Faut que je donne mes relevés TVA mais je ne suis pas à la TVA, faut que je donne le registre du personnel (là faut que je le fasse, mais j’ai une expérience c’est moi qui fait celui de la Coopérative).

Et puis aussi il faut que je présente le « grand livre de ma compta » oui mais mois je ne compte pas mes sous au centime alors le « grand livre »… et aussi je peux me faire assister par mon comptable, mais je n’ai pas de comptable et quoi encore j’en ai assez d’être producteur en plus faudrait être juriste, comptable, informaticien.

Bon je sais combien je fais de chiffre d’affaire sur 2016 à 2018 et ça suffira et je crois que ça va être surprenant comme contrôle surtout si je vais rechercher les rapports de la cour des comptes sur l’art et la manière des directeurs des MSA de s’inventer des missions à l’étranger afin de se payer des vacances avec leurs familles et c’est qui paye ?

En 2019 j’ai enfin pris un comptable car justement je commençais à devenir intéressant du point de vue des impôts et de la TVA (il est malin le blanc).

L’autre jour (en fait en novembre 2019) voilà que les fraudes débarquent chez moi car sur mon site internet de vente c’est mal, ya des choses qui vont pas dans les conditions générales de ventes et menaces par ci et par là (ça tombe bien je voulais justement le fermer car trop de pb dans les expéditions et puis mon Webmestre un pote mais pas fiable, et puis les mises à jour et les plantages)

Finalement je ferme et les « fraudes » un peu dépitées d’avoir contribuer à … en fait de fraudes c’est juste une personne fière d’avoir débusquer un truc qu’allait pas, bon le client peut renvoyer le colis 14 jours après réception,(ça c’est top pour la gelée royale),  faut qu’il y ai l’adresse d’un médiateur en cas de litiges et encore un tas de trucs pour « protéger » le consommateur, mais moi je n’ai pas le fric pour me payer un Webmestre qui tient la route et encore un juriste en e-Commerce et encore un juriste en lois sociales. Mais non pas du tout ! Vous êtes parano Monsieur, Ces gens travaillent pour votre bien et cherche seulement à vous « accompagner ».Moi je veux qu’on me lâche. Partout ou je passe je suis cerné par les statuts et règlements intérieurs mais fin 2020 ma vengeance sera terrible.

La vengeance est un plat qui se mange froid.

La semaine prochaine on recommence à produire, les marchands attendent avec impatience la prochaine production, tout sera vendu à la Coop au fur et à mesure car on sait que la gelée royale c’est mieux que Raoult à Marseille, mais attention on prend le problème en amont, plus en amont que Raoult pour immuniser les personnes du corona virus.

La bouteille de Glenfarclas Highland single malt scotch whisky est presque terminé et merde je ne sens rien, pourtant je ne suis pas habitué à boire, version dé-confinement de la bouteille je m’y connais il est 21h11 et j’écoute Gary B.B. Coleman - The Sky is Crying

Aurélie m’a donné ses préférences, Neil Young année 70, et les Pixies « Where is my mind »

Alors pour ça mes pensées, quand vais-je avoir fini cette bouteille? plus que deux rasades, demain je vais avoir mal aux cheveux.

Tiens le père de Thierry Fedon, Jean Fedon est mort à 85 ans, un sacré bonhomme, apiculteur entrepreneur que j’aimais bien. Il était connu mondialement. A le fin de sa vie il a écris un livre sur l’apiculture puis un autre que je n’ai pas lu mais il m’en avait parlé, il s’agit de replacer notre histoire par rapport à l’histoire de l’homme du néolithique à nos jours. Jan Dau Melhau  aussi lui m’a parlé de ça, la paysannerie Limousine et plus largement Occitane fonctionnait comme au Néolithique, disons avec des traditions et croyances qui avait à voir avec le néolithique. J’ai demandé à Thierry de me passer deux exemplaires de ce livres et je vais confronter la vision de jean Fedon avec celle de jan Dau Melhau ; je vais peut être apprendre plein de choses et avoir des surprises. D’un coté un anarchiste et de l’autre un entrepreneur version américaine qui s’intéresse à une même question.

Jean Fedon était mécanicien, il a inventé des machines pour l’apiculture, vendues dans le monde entier, il était un peu chercheur, a étudié les miellées de tournesol en relation avec les services météos de Limoges, il en a déduit que sur toute la période de floraison seuls quelques jours étaient bénéfiques, il fallait être patient. Il notait tout, la température, le temps, l’hygrométrie au fil des ans, j’ai envoyé un petit mot à Thierry.

Il a vécu avec son époque, les antibiotiques dans les ruches, c’était la norme, les amphétamines pour tenir les semaines sans sommeil à faire les transhumances de ruches, il a fumé la vie par les deux bouts et a fini par lâcher prise à 85 ans.

Bon Maintenant j’écoute Elder Island-Bamboo suggéré par David il est 22h 27. Il ne me reste plus qu’une misérable gorgée de Glenfarclas et demain je dois faire de la compta et voir les abeilles.

Le cerisier planté avec Irina et David n’est pas encore en fleurs mais ça ne devrait pas tarder ;normalement  les cerises sont des bigaros faudra que je protège le cas échéant avec des filets, sinon les merles vont tout manger. Quoique les merles y en a plus beaucoup, en 2018 parait qu’un virus en en fait disparaitre 90% d’après un ornithologue rencontré un jour de la grève de la faim de Jan Dau Melhau contre le projet de parc d’attraction à Coussac Bonneval.

Ce fameux parc d’attraction ! On aurait l’air très intelligent dans le coin si cette bande d’imbéciles d’élus  avaient réussi à faire commencer les travaux. Projet d’une époque avant le covid19. Non en fait plus loin encore, des années 80.

Comment se fabrique une cerise ? Avant de la mettre sur un gâteau faudrait quand même se poser les bonnes questions.

En fait je suis un ignare et je vais juste vous raconter une histoire qui n’est pas du tout vrai mais qui tient un peu la route. Un jour quelqu’un a eu l’idée de vendre un cerisier, puis ce cerisier est arrivé à La Combe et je ne vous dirais pas pourquoi  cela serait trop pénible, mais il est là et il faut le planter.

Avec Irina et David nous avons planté cet arbre offert par une cousine, un bel arbre acheté à la jardinerie de Coussac. Maintenant il est dans la terre depuis une année mais je crois qu’il faudra attendre avant qu’il devienne  grand. Bon il faut de la terre, de la bonne terre, et que les racines prennent possession de cette terre, c'est-à-dire que des milliers de radicelles s’enfoncent dans le sol pour trouver les aliments. Une radicelle a un apex, la tête de la racine, c’est une tête chercheuse, de nutriment. Les bactéries dans le sol, les vers de terre, contribuent à rendre ces nutriments exploitables par les racines, il y a une symbiose entre les bactéries, les champignons microscopiques qui transforment les minéraux en éléments assimilables. Ensuite les feuilles de l’arbre  captent l’énergie lumineuse, les photons, pour transformer, pour fabriquer du sucre, l’eau le soleil sont nécessaires, vous n’avez rien compris, moi non plus car avant il faut que les abeilles viennent féconder les fleurs du cerisier, d’ailleurs en ce moment c’est le cas.

En résumé, pour reprendre les propos de Marcelle Delpastre, dans une poignée de terre il y a le monde, l’univers tout entier. Comme me disait ma Grand-mère Jeanne Mandret  « nous ne sommes que de passage sur terre, nous étions poussière et nous redeviendrons poussière » ;

Je me dis que si j’avais, quand j’étais petit, bien tenu compte de cette grande réflexion philosophique de ma grand-mère, je ne me serais pas embarqué dans certaines aventures et ne me serais pas laissé embarquer  j’aurais pu dire « je ne fais que passer Monsieur, je suis désolé ».

Selon les chamanes Toltèques, la roche c’est « de l’esprit condensé » je vous laisse réfléchir à ce sujet.

Pour en revenir à notre gâteau et sa cerise bon ça se fait tout seul, j’espère pouvoir faire de la confiture, c'est-à-dire une opération de confinement sucrée en vue d’un déconfinement.

Aussi pour les bigaros une consommation sur place avant les merles et autres prédateurs.

Bon faut que j’aille me coucher avant demain, d’ailleurs  y a plus de Glenfarclas… depuis 20 minutes c’est trop. Et la vinothèque qui est fermée à cause de ce virus. Chienne de vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès