Georges Bonnet
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2020

Confinement, les cafetières aussi !

Dans un centre Médico-social de Limoges une opération « confinement des cafetières » a été déclenchée, explications.

Georges Bonnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nicole me raconte cette histoire et je comprends qu’elle espère me faire rire.

Dans le centre médico-social où elle travaille, le directeur a interdit aux infirmières  de prendre le café ensemble (pour leur sécurité).

« Pour boire le café il faut tomber le masque vous comprenez et cela devient dangereux. »

Le brave homme pour plus de sécurité, le soir après le boulot, une fois qu’il n’y avait plus personne, il a planqué toutes les cafetières au cas où elles seraient tentées de désobéir.

Belle attention et consternation. C’est quoi ce truc. Il nous prend pour qui ? D’abord autour de la machine à café, c’est là que se résolvent pas mal de situations. Alors voilà qu’une ose amener une bouilloire le lendemain et se fait son petit café soluble dégueulasse ; ca va pas, ici on est dans l’excellence,  le jour suivant elle amène  sa machine « Nespresso », là c’est une machine individuelle ça devrait passer, en plus rien que pour elle et bien non, le lendemain la machine a disparue elle aussi.

Après enquête c’est encore le Dirlo qui la piqué ; elle va voir le Dirlo, l’est pas là mais la porte est entr’ouverte et elle voit sa machine, juste là à l’entrée sur une table, elle reprend sa machine ; scandale !

Représailles du Dirlo, désobéissance ! Vous vous rendez compte avec ce virus, un avertissement ! bretelle qui peut mener au blâme, bien fait pour elle, le règlement certes précise que l’on a pas le droit de prendre le café en groupe, là elle le prend toute seule dans son coin, ça fait rien , elle sera punie là.

Elle me raconte ça Nicole et je n’arrive pas à rire, c’est vrai que les cons ça osent tout mais là lui, on ne le reconnait plus, merde il est Directeur d’un centre médico-social, il doit y avoir une explication, peut être est-ce du mimétisme par rapport à ce qui s’envoi à la télévision, on ne sait pas encore comment ça se soigne. Je pense à ce boulot de dingue qu’elles ont avec ces enfants très handicapés, elle m’avait déjà causé des fameux protocoles délirants face à ce virus.

Gêné de ne pas rire je me pince pour ne pas  lui faire part de l’idée qui me vient à la tête «  je ne sais toujours pas si je dois me brosser les dents avant 20h ou après que le Monsieur bien habillé à la télévision il ait parlé pour nous dire ce qu’il faut faire. » 

Aussi la Chanson de Barbara « dis quand reviendras tu ? » pour le jour ou les cafetières seront dé-confinées. Vont-elles être disponibles le 01 décembre ? Date à laquelle les chevaux devraient être lâchés dans les magasins d’après le gouvernement.

Mais comment se fait-il que je cause à Nicole chez elle ce samedi matin ? Elle habite à 25km de chez moi, cela fait un moment que je ne l’ai pas vue et son rayonnement me manque, elle est solaire comme sa maman que je ne connais pas mais à qui elle téléphone tous les jours durant une heure et elle lui chante des chansons. Faut dire qu’elle est à l’autre bout de la France et très malade,  dans un hôpital.

J’ai mon attestation pour aller la voir, j’ai coché la case livraison à domicile et j’en ai profité pour passer voir et livrer ma petite sœur qui habite un peu plus loin encore, boudins, pommes, noix et miel.

Au retour donc Nicole, je sais qu’elle va sur mon blog et je sens qu’elle aimerait que je fasse un billet pour venir au secours des cafetières et par solidarité avec les cafetiers aussi.

Histoire de minimiser la situation actuelle je lui raconte l’histoire de  ma Mère qui à 13 ans était sur les routes avec sa maman pour fuir devant l’avancée des troupes allemandes. Partie de Saint Didier dans la somme jusqu’en Normandie là où elle avait de la famille. Je lui avais acheté le livre d’Irène Nemirovsky « suite française » qui raconte l’exode. Elle m’avait dis que c’était tout à fait ça.

On en vient à parler de prémonition et communication à distance, de l’autre monde, le monde métaphysique, comme avec ma petite sœur. Ce monde métaphysique qui est sans nul doute aussi vaste que le monde physique.

Avec ma petite sœur  qui à fait quelques années de médecine on se disait que dans notre société avec toutes ces sur réactions, toutes ces mesures destructrices ils allaient finir par tout foutre par terre, comme ces malades du Covid dont le système immunitaire  s’emballe et cause la mort.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie