Le cirque poussière juste avant

Séance du vendredi 14 août à Nexon, 20h 30, il pleut et donc direction le bar PMU en face sur la place Annie Fratellini afin d'être à l'abri et de se boire un truc en attendant.

Petite scène de "Dupond la joie" au comptoir, deux blancs affirment haut et fort être de vrais gaulois eux, un de Bobigny et l'autre d'un Bled de la somme, le Barman gêné leur fait un signe qui doit vouloir dire "ce n'est pas le moment, il y a des gens de partout, une autre fois SVP". Il a eu la malencontreuse idée de leur demander d'où ils venaient.

Dans la salle deux techniciens de la troupe dînent , un homme de couleur blanche et un autre de couleur noire qui a dû donner l'inspiration à nos Gaulois du nord.

Au fond de la salle une famille et trois enfants ont eu la même idée que nous en attendant le spectacle.

Accrochée au mur une télé branchée en permanence sur les courses, ce soir c'est trot attelé à Cabourg  (non ce n'est pas en Bretagne mais en Normandie).

Un vieux de la poste, cramoisi par la boisson et qui n'a apparemment pas fini sa tournée malgré l'heure tardive accompagne nos deux gaulois du nord, il donne des explications savantes sur l'art et la manière de trouver les bonnes combinaisons.

le Barman tente de rattraper le coup "Ces gars sont super sympa, ils viennent le matin au petit déjeuner, ils sont costauds, même les filles, fallait voir comment ils ont monté le chapiteau, ..."

Au comptoir on se boit un demi, entre eux et nous un buveur de Ricard, seul, ne dit rien, il sort deux ou trois fois en peu de temps pour tirer sur une cloppe et une fois le boy ne fait pas son job, elle reste  ouverte , un hurlement  "la porte!".

C'est vrai qu'il fait frais dehors avec cette pluie, je suis tout prêt et me charge de la refermer, c'est la petite gâche du bas de la porte qui a glissé et qui en empêche la fermeture.

Le barman me fait un signe de remerciement  et le gueulard se sent tout con quand je lui explique "qu'il y a un problème avec le bitognal en bas de la porte il a glissé ce con".

Du fond de la salle une petite fille toute fière vient payer l'addition des boissons avec un billet de 20€.

Pendant tout ce temps la compagne du barman courre dans tout les sens pour servir les uns et les autres monter chercher une crème brulé et une tarte au pomme.

Nos gaulois causent pronostics avec le postier, apparemment pour chaque course ils ont trouvé la combine mais il manque toujours un bourrin.

Julien Candy entre alors et traverse la salle, tourne au fond à droite puis disparaît pour un besoin naturel, le spectacle devrait bientôt commencer il est 20h50.

La pluie a cessé, nous sortons attendre dehors, on va pouvoir entrer et se changer les idées.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.