Georges Bonnet
Abonné·e de Mediapart

63 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2017

Apiculturegate

L'heure des conséquences est arrivée. A laisser faire toute cette fraude depuis tout ce temps nous sommes dans le mur. Jamais on a aussi peu produit de miel cette année 2016 et il ne se vend pas. il y a trop eu d'importations massives de miel dont une majorité est frelatée. Je connais des apiculteurs jeunes dans le métier qui ont encore leur récolte dans des fûts chez eux, personne n'en veut.

Georges Bonnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le marché est inondé de produit frauduleux (sur l'origine et sur la qualité).

 Le Syndicat Français des  Miels tu connais? en fait il s'agit tout simplement d'un groupements d'entreprises qui importent tous les produits de la ruche de Chine et d'ailleurs, dans les faits  il s'agit du "Syndicat des Importateurs de produits Chinois" essentiellement.

Les  consommateurs  sont trompés sur la marchandise vu qu' ils pensent acheter Français à 80% d'après une enquête alors que l'origine est à plus de 80% étrangère. (*)

L'étiquetage et le marketing permettent cette entourloupe.

Le miel qui vient de Chine est adultéré, c'est à dire mélangé à du sirop industriel, mais il passe les contrôles qui sont donc inopérants. les conditionneurs qui possèdent aussi les labo d'analyses le savent bien.

Celui qui paye les pots cassés c'est l'apiculteur qui travaille normalement, ses produits ont du mal à trouver preneur pourtant ils sont d'excellentes qualités. les fraudeurs ont la main.

La fraude vient aussi de collègues apiculteurs qui ont monté une entreprise commerciale et qui non content de gagner de l'argent  via leur entreprise achètent des camions entiers de fûts de miel en provenance des pays de l'est, d'Espagne, (souvent en fait du miel Chinois), ... à 2€ le kg pour un coût de production de 4€  en France tu vois la marge, bien sûr ils vendent ce miel sous leur nom propre.Trahison.

Ceux là en trois ans, ils ramassent plus que le candidat aux présidentielles, mis en examen, a pu donner à sa famille en dix ans.

Eux ne seront jamais inquiétés.

Pour la gelée royale la culbute est de 15 à 20, "mieux que le deal de drogue" selon un Colonel des fraudes Italiennes.

Il y en a même un qui a fait assez d'argent  pour sponsoriser un bateau du"Vendée globe" mais lui il y a très longtemps qu'il fait cela, il a beaucoup d'années d'expériences.

Combien sont-ils  ces gros apiculteurs avides? peut être une centaine ou plus, on sait qu'en 2014 ils ont importé 4500 tonnes de miel "Français" donc....(*)

En 2015 ils y ont été trop fort, peut être 10 000 tonnes? vu que le marché est saturé, maintenant on est dans le mur. A trop tirer sur la ficelle tout fini par se casser la gueule.

Le plan de développement durable de l'apiculture de notre ministre est planté, après cinq ans, belle performance et aucune excuse de la part de ces "responsables" qui font comme si tout était "normal".

Comment installer des jeunes apiculteurs dans ce contexte?

A quoi servent toutes ces subventions pour acheter du matériel, améliorer le cheptel? améliorer les pratiques pour un produit de qualité.

Et "là haut" ils ne font rien, tétanisés sont-ils, où alors ils n'ont pas la main tout simplement, ou les mains dans le pot à confitures.

(*) Voir les enquêtes France AgriMer sur les marchés du miel et de la gelée royale, les études sur la consommation de ces produits et diverses contributions des uns et des autres à l'occasion de la tentative de mise en place d'une interprofession.

Voir aussi le fameux "plan de développement durable de l'apiculture" du ministère, il laisse songeur dans ce contexte.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran