Georges Contogeorgis
Professeur de science politique à l'université Panteïon d'Athènes.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2011

Arrêtons Papandréou

La partitocratie dynastique grecque, «danger systémique» pour l'Europe et le monde. Il faut arrêter le Premier ministre comme criminel politique. Georges Papandréou a remporté les élections par tromperie, en proclamant qu'«il y a(vait) de l'argent» alors qu'il savait parfaitement que le pays était au bord du gouffre après des années de pillage systématique de la richesse publique et de l'État par la classe politique.

Georges Contogeorgis
Professeur de science politique à l'université Panteïon d'Athènes.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La partitocratie dynastique grecque, «danger systémique» pour l'Europe et le monde. Il faut arrêter le Premier ministre comme criminel politique. Georges Papandréou a remporté les élections par tromperie, en proclamant qu'«il y a(vait) de l'argent» alors qu'il savait parfaitement que le pays était au bord du gouffre après des années de pillage systématique de la richesse publique et de l'État par la classe politique. Pendant plusieurs mois, le Premier ministre n'a rien fait pour empêcher la catastrophe, rendant ainsi inévitable la mise du pays sous la tutelle internationale incarnée par la troïka. Mais qui plus est, durant toute la période qui a suivi et jusqu'à présent, il s'est comporté politiquement en conquérant de la société, transférant sur elle l'ensemble des fardeaux accumulés par la classe politique. Son seul souci était de maintenir intacts les piliers de l'État dynastique et corrompu, les privilèges de la classe politique et de ses alliés. Pendant tout ce laps de temps, non seulement les mesures nécessaires pour réformer l'État n'ont pas été prises, mais la corruption et la fraude fiscale ont augmenté, à la mesure de son favoritisme et de son inefficacité. Il est significatif qu'au lieu d'être réduit, le corpus de lois qui entretient la collusion d'intérêts et la corruption a été renforcé. Même les scandales les plus criants et les plus évidents ont été étouffés. Aucun homme politique n'a été traduit en justice. Le criminel le plus imaginatif n'aurait pu édifier autant de barrières constitutionnelles, juridiques et réelles pour se protéger des conséquences de ses actes que ne l'a fait la classe politique du pays. La société a été érigée en ennemi no 1 de la classe politique. Et la société a fait de cette dernière la cause principale de son malheur. Une classe politique qui ne dispose pas de la moindre légitimation dans la société ne peut représenter le pays.

L'Europe politique a malheureusement choisi de se reposer sur ces dirigeants et de les légitimer dans la gestion de la crise, en faisant tort la société grecque et sans calculer qu'elle serait tôt ou tard appelée à en payer le prix. Confrontée aux effets dévastateurs de la crise, complètement asphyxiée, certaine qu'aucune perspective de sortie de la crise ne se profile à l'horizon malgré les sacrifices inouïs auxquels elle a été soumise, la société grecque a fini par former un mélange explosif de comportement agressif contre la classe politique, et surtout contre le gouvernement. Ce dernier a opté de manière provocante pour la ruine du pays, en usurpant le privilège d'une appropriation du bien public qu'il conserve intact jusqu'à ce jour. L'impasse est apparue en pleine lumière lorsque, au moment de la fête nationale du 28 octobre, la société a littéralement viré les hommes politiques des tribunes officielles, y compris le petit homme que la classe politique a porté à la présidence de la république.

La décision de Georges Papandréou de tenir un référendum ne lui a pas été dictée par une quelconque sensibilité démocratique. Elle vise à exercer un chantage sur la société : après l'avoir amenée au bord du gouffre, il menace de la fusiller si elle ne se suicide pas. Et cela dans le but de sauver sa peau.

L'Europe politique doit prendre ses responsabilités, s'allier à la société grecque, l'aider - s'aidant ainsi elle-même - à se débarrasser de la partitocratie dynastique, qui est en discordance avec l'intérêt national - et européen. Elle doit comprendre que la classe politique grecque est la cause première de la crise grecque et que de ce fait, elle constitue aussi dorénavant une «menace systémique» pour la construction européenne et, comme tout tend à le montrer, pour le monde entier.

Si excessif que cela puisse paraître pour les mœurs européennes, il est urgent d'aider la société grecque:

a) en publiant un mandat d'arrêt international contre le Premier ministre et en le traduisant en justice pour le crime qu'il a consciemment commis contre la société grecque et, au-delà, contre l'Europe. La communauté européenne est appelée à faire ce que la Constitution grecque interdit. Cette arrestation aurait un effet exemplaire de catalyseur pour ramener à la sagesse l'ensemble de la classe politique du pays, qui est animée par la même logique de pillage ;
b) en choisissant de soutenir la constitution d'un gouvernement de transition dans le pays, composé exclusivement de personnalités non politiques, avec mandat concret de mettre fin à l'État dynastique et de nettoyer le système politique des mafias politiques qui le rongent.

La société grecque, société européenne par tradition et par nature, mérite ce soutien. Pour l'intérêt même de l'Europe politique. D'autant plus que l'opposition de la société à la classe politique et surtout au gouvernement du pays ne signifie pas qu'elle souhaite la faillite, la sortie de l'euro ni, naturellement, de l'Union européenne. C'est l'aventurisme de Georges Papandréou qui la pousse à ce dilemme, et il ne représente pas la société grecque.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre