Le Monde du 21ème siècle

L’entreprise se définit comme une unité économique, juridiquement autonome dont la fonction principale est de produire des biens ou des services pour le marché. Peut-on imaginer un nouveau schéma pour la description financière des entreprises économiques ?

 

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Le bilan de l’entreprise met actuellement en valeur le capital financier appartenant aux apporteurs de capitaux, mais ignore le capital humain que représente ses salariés. Ce dernier est-il mesurable ? On pourrait l’évaluer pour chaque exercice au montant des versements salariaux nets, après déduction des prélèvements fiscaux et sociaux, effectivement payés pendant l’exercice.
Une inscription figurerait à l’actif du bilan à un poste des immobilisations intitulé « Valeur du travail », une autre de même montant serait inscrite au passif dans les fonds propres qualifiée de « Fonds salariaux ».
Le bénéfice de l’exercice serait réparti entre le capital financier et le fonds salarial proportionnellement à leur montant respectif. Pour la fraction du bénéfice de l’exercice non distribuée une affectation serait également effectuée dans la même proportionnalité entre une réserve financière et une réserve salariale.
Lorsqu’un salarié quitterait l’entreprise, il aurait droit à une quote-part de la réserve salariale calculée en fonction du rapport entre la moyenne des ses rémunérations pendant sa période d’emploi dans l’entreprise et la moyenne des fonds salariaux des exercices de la même période.
Il y aurait, bien entendu, lieu de prévoir la représentation du fons salarial dans les assemblées générales et les organes de direction de l’entreprise.
Sur un plan plus général, cela impliquerait un enseignement approfondi du droit privé pendant la période de scolarité obligatoire.
Ce nouveau schéma qui améliorerait « l’image fidèle » serait conforme aux directives européennes qui imposent seulement l’équivalence d’un minimum d’informations chiffrées

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.