Laurent Mauduit, avec sa méticulosité habituelle vient de sortir un article sur le projet de budget 2015 en le qualifiant de "no future"

Je rajouterai que ce budget 2015 cache une autre escroquerie en bande organisée : la cession pour 5Mds d'€ par l'APE. Vigilance extrême car on est en train de refaire le même coup que pour les sociétés d'autoroutes. On vend aux banques et aux grandes entreprises des sociétés qui s'avèrent être des pourvoyeuses de cash (des cash machines) genre autoroutes, aux détriments de l'Etat.

No future ?

Cela dépend pour qui :

Emmanuel Macron reviendra d'où il vient : dans une banque d'affaires. Valls et Hollande feront des conférences à 100.000€ et iront placer leurs gains dans la même banque d'affaires. Macron pourr toucher des primes en plus. La boucle est bouclée

Les entreprises du CAC 40 s'en foutent. Ils ont moins de charges donc plus de résultats. Au pire ce sera les mêmes dividendes et bonus qu'en 2013.

Pour des sociétés comme Vinci, il suffira d'augmenter le péage des autoroutes en France et les redevances des passagers aux aéroports (ce que Vinci vient de faire au Portugal + 28%!)

exemple pour Vinci Autoroutes : CA (2013) = 4,6 mds d'€. en augmentant de juste 1%, cela fera 46 millions d'€, sans un gramme de service en plus ! Avec 7.000 salariés, ils pourront donner royalemment 1.000€ de prime à chacun, cela ne fera que 7 millions.

A l'époque de Jospin, et finalisé par Villpin, on a privatisé les autoroutes pour rembourser la dette car "no future". On a vu que pour les banques et Vinci, c'est plutôt le jackpot

Hollande, Valls et Macron sont en train de nous rejouer le match avec les aéroports et autres bijoux de l'Etat, donc nos patrimoines financiers !

Dans le budget 2015, Il est prévu que l'APE (Agence de Participation de l'Etat) vende pour 5 Mds d'€ d'actifs, pour "rembourser les dettes !

En fait, toutes ces opérations relèvent de "l'escroquerie en bande oragnisée", tout simplement

On voit bien que "No future" peut être, mais pas pour tout le monde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.