DE L'USAGE DE LA VIOLENCE...

Djihadistes, islamites radicaux et autres fondamentalistes,

Une semaine après le massacre au siège de Charlie Hebdo puis la prise d'otages dans un magasin casher, un constat s'impose : au-delà de l'atrocité des actes commis, ce type de violences s'avére totalement contre-productif et dessert la cause qu'elles prétendent défendre :

- Charlie Hebdo, journal en perte de vitesse (qu'on le regrette ou non), de moins en moins audible, était au bord du dépôt de bilan : détesté par l'extrême-droite et la droite, peu soutenu par des socialistes que le journal tournait en dérision, dénoncé par la gauche pour son islamophobie supposée, il ne conservait qu'un faible lectorat - certes fidèle - mais de "niche"... Les derniers scandales (caricatures de Mahomet en particulier) avaient conduit à de nombreuses condamnations, que ce soit sur le fond ou sur la forme (jugée offensante / excessive / stigmatisante). Les deux massacreurs ont stupidement crié "on a tué Charlie Hebdo !" alors qu'ils lui ont redonné vie (mais à quel prix !) : aujourd'hui le journal s'arrache à des millions d'exemplaires (au moins pour un temps), est diffusé dans plusieurs langues, est connu dans le monde entier... surtout, il est devenu un symbole, que par principe on ne laissera pas disparaître... Il est plus facile sans doute de fabriquer des tueurs, que d'inculquer à ces individus un minimum de culture et de psychologie : assassiner des hommes et des femmes, des intellectuels, des artistes, n'a jamais fait disparaître leurs idées, bien au contraire ! L'histoire en est remplie d'exemples, y compris l'histoire musulmane (même si je n'en suis pas spécialiste) : l'assassinat d'Ali, gendre du Prophète, n'a pas empêcher son enseignement de se diffuser dans l'Islam...

- Certes le terrorisme fait peur, et chacun peut craindre d'autres actions du même type, mais jamais la "coalition occidentale" n'a été aussi soudée et déterminée sur fond de lutte anti-terroriste, rapprochant l'Europe des Etats-Unis, mais aussi le l'Etat israëlien, de la Russie, d'un certain nombre de dictatures, etc., faisant taire la plupart des critiques face à l'urgence d'une défense commune... Jamais le discours dénonçant les violences de l'ordre néo-colonial n'a été aussi difficile à porter...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.