Gerando
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2011

Le vote blanc, inutile et dangereux?

Après les dernières élections cantonales est reparue la proposition de comptabiliser les votes blancs avecles suffrages exprimés. Sous ses apparences civiques - reconnaître l'expressionde ceux qui ont fait l'effort de se déplacer aux urnes - se cache un dispositif contre-productif à plusieurs titres.

Gerando
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après les dernières élections cantonales est reparue la proposition de comptabiliser les votes blancs avecles suffrages exprimés. Sous ses apparences civiques - reconnaître l'expressionde ceux qui ont fait l'effort de se déplacer aux urnes - se cache un dispositif contre-productif à plusieurs titres.

--------

Un mépris des petits partis.

Un des arguments avancés en faveur de la reconnaissance duvote blanc (ou RVB) est la montée du front national. Le vote blanc, comme le vote FN, exprimerait un ras-le-bol du système politique, un désir dechangement. La RVBpermettrait de fixer les mécontents susceptibles de voter FN. Dans cetteconception, n'existent plus que trois votes "utiles": PS, UMP ou FN. Voter pour les autres partis devient anecdotique. Pourtant, peut-on croire que lechangement politique viendra des "partis de gouvernement", ralliés au sens civique par la seule force du vote blanc? N'est-ce pas plutôt le Front deGauche, les Verts, le Modem (ou son nouvel avatar néo-centriste) qui peuventredistribuer le jeu politique et le faire sortir d'un bipartisme devenustérile?

Un vote qui ne change rien.

Le vote blanc est d'abord uneposition morale. C'est dire aux politiques : vous ne méritez pas mon vote. Quels représentants politiques actuels ne soient pas à la hauteur est une chose.Mais votez blanc est un vote qui ne change rien. Les politiques en place diront, après l'élection : nous avons entendu le message, nous allons changer. Et rienne se produira, car le système politique n'est constitué que d'individus. Il changera si les individus changent. L'exemple des Hauts-de-Seine est significatif. Ce qui a fissuré le système UMP, c'est la défaite, à Neuilly ou à Levallois, des candidats sarkozistes face à des divers droites. Il aurait étésans doute plus gratifiant moralement pour un électeur de ces circonscriptionsde "condamner le système" en votant blanc. Mais c'est bel et bien envotant pour l'alternative réelle, en l'occurrence le candidat divers droite,que l'on a commencé à faire changer les choses.

Changer le sens de la présidentielle.

Le même raisonnement pourrait s'appliquer à l'élection présidentielle. Devant les atermoiements strauss-kahniens, et le peu de nouveautés des autres candidats à la primairesocialiste, la RVBparaît offrir une solution à l'abstention. L'hypothèse du troisième hommesemble avoir été abandonnée avec l'échec de François Bayrou en 2007. L'argument massue était: s'il était élu, comment pourrait-il gouverner ? C'est oublier que l'élection présidentielle ne désigne pas qui va gouverner. Il existe une élection pour cela : les législatives, qui dégagent une majorité parlementaire, monolithique ou de coalition. Dans l'état actuel de la Ve République, le renouvellement ne peut venir que de l'élection présidentielle. Si les hommes politiques ne sentent pas le vent du boulet, ils ne changeront pas. Considéronsdonc les choses pragmatiquement: d'où peut venir l'aiguillon? Du vote blanc? Oude la montée d'un Villepin, d'un Borloo à droite, d'un Mélanchon ou d'une Eva Joly, qui forceraient les candidats des grands partis à proposer de nouvelles réponses. Ce serait, bien évidemment, tomber dans de basses questions de personnes. Mais la démocratie, son exercice concret par les citoyens dans les institutions qui sont les nôtres, se réduit à cela: choisir les hommes et lesfemmes à qui nous confions l'exercice de la responsabilité politique. C'estpeu, mais cela mérite d'être exercé sérieusement, et non d'être réduit à l'expression de récriminations morales, légitimes, certes, mais inutiles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement