gerard filoche
Inspecteur du Travail en retraite - Porte-parole de la Gauche democratique & sociale gds-ds.org - CGT - ATTAC - Copernic -
Abonné·e de Mediapart

266 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2020

gerard filoche
Inspecteur du Travail en retraite - Porte-parole de la Gauche democratique & sociale gds-ds.org - CGT - ATTAC - Copernic -
Abonné·e de Mediapart

Refus de l’autoritarisme Le point de bascule ?

edito de la revue mensuelle D&S n° 280, decembre 2020 28° année

gerard filoche
Inspecteur du Travail en retraite - Porte-parole de la Gauche democratique & sociale gds-ds.org - CGT - ATTAC - Copernic -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pandémie ne nuit pas à tout le monde. Le journal Les Échos du 1er décembre titre en Une : « Le CAC 40 boucle son meilleur mois en plus de trente ans ». On peut lire dans la suite de l’article : « Avec un bond de plus de 20 %, l’indice phare de la place parisienne a réalisé en novembre sa meilleure performance mensuelle depuis février 1988. Toutes les sociétés membres de l’indice ont terminé le mois dans le vert ». Les premiers de cordées boivent et les premiers de corvées trinquent…

Le CAC ou la vie ?

« En vingt ans, les dividendes des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 265 %, presque quatre fois plus vite que leur chiffre d’affaires et dix fois plus vite que leur effectif mondial », dénonce l’Observatoire des multinationales. Leur effectif en France a baissé dans le même temps de 12 %. Aujourd’hui, ils annoncent 60 000 suppressions d’emplois sans parler des conséquences sur leurs sous-traitants. 

Pourtant, toutes les firmes du CAC 40 ont bénéficié d’énormes aides directes et indirectes dans le cadre de la crise sanitaire. En plus du chômage partiel, des prêts garantis par l’État et des reports de charges, il y a eu les plans de sauvetage et de relance sectoriels, les apports en capitaux pour protéger des entreprises stratégiques et la baisse de 20 milliards d’euros d’impôts de production. Cette manne a été distribuée par Emmanuel Macron et Bruno Le Maire sans la moindre contrepartie. Seulement huit des 40 sociétés ont renoncé au versement de dividendes. Les rémunérations patronales se maintiennent à des niveaux records, avec une moyenne de 5,5 millions d’euros.

Le bonheur du CAC 40 fait le malheur des autres. Avec 800 000 chômeurs de plus, le « halo » du chômage va atteindre sept millions de personnes. Bien qu’il y ait plus de 10 millions de pauvres en France, le gouvernement a décidé de bloquer le RSA et le Smic. La moitié des 23 millions de salariés occupés sont en dessous de 1 700 euros mensuels. Même les trois millions d’indépendants sont frappés de plein fouet, puisque 16,6 % d’entre eux sont passés en dessous du seuil de pauvreté. Le dossier de ce numéro de D&S revient sur cette insoutenable vague de licenciements et de pauvreté.

Darmanin, démission !

Pas de surprise : pour maintenir un tel niveau d’inégalités, il faut un haut niveau de violence. Un système aussi brutal de pillage du travail par le capital exige une répression féroce empêchant les oppositions de s’exprimer et de faire florès. Qui veut faire du Hayek, doit se préparer à faire du Pinochet…

D’où les dizaines de milliers de blessés graves, de personnes passées à tabac, nassées, arrêtées, jugées et condamnées arbitrairement. Le régime autoritaire de Macron ne tient que par sa police et cette police déchaînée, gangrenée par le racisme et par des syndicats fascisants liés au RN, s’abandonne à tous les excès. La vidéo du tabassage de Michel Zecler par des policiers se croyant manifestement au-dessus des lois de la République a légitimement bouleversé le pays. « Qui nous protège donc de la police ? », se demandent, inquiets, des millions de citoyens. Certainement pas Darmanin qui couvre le scandale et maintient en place le préfet Lallement. Le ministre de l’Intérieur, qui a décidément une étonnante conception du maintien de l’ordre, doit démissionner.

Relever la tête

Le début d’un soulèvement de masse contre les abus de la répression policière, le 28 novembre et le 5 décembre, change la donne. Le couvercle est toujours posé sur la cocotte-minute, mais la vapeur est montée brusquement. Cette fois, toute la gauche sans exception s’est retrouvée ensemble dans la rue et a voté de concert à l’Assemblée nationale contre la loi scélérate dite de « Sécurité globale ». Quel gâchis qu’il n’en soit pas toujours ainsi ! C’est l’actuel refus d’une plateforme commune et d’un front unique d’action permanent de toute la gauche qui maintient le pouvoir macronien le tête hors de l’eau .

Bonnes fêtes de fin d’année à toutes nos lectrices et tous nos lecteurs !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff