Sortir de la crise grâce au Dividende Universel !

.

 

Sortir de la crise grâce au Dividende Universel ?... et pourquoi pas !


Notre système monétaire marche sur la tête : notre monnaie commune, l'outil indispensable et universel pour réaliser nos échanges quotidiens, acheter et vendre nos biens et nos services, payer et encaisser nos salaires, nos honoraires, nos factures... notre monnaie commune, c'est de la dette qui circule !
Le seul moyen de créer de la monnaie et de l'injecter dans l'économie, c'est que quelqu'un fasse un emprunt bancaire ! C'est ridicule, c'est absurde et c'est dangereux.
- Dès qu'il dépense l'argent de son "prêt", chaque emprunteur devient de fait diffuseur de monnaie réelle. Si les emprunteurs font défaut, les banques font faillite. Seul moyen pour sauver les banques, et donc nos économies et nos moyens de paiement : les renflouer ! Chacun de nous doit payer pour assumer le risque de défaut d'un prêt personnel !
- La monnaie créée par l'emprunt doit revenir en permanence à sa source, augmentée des intérêts. Nous sommes obligés de nous battre en permanence les uns contre les autres juste pour surnager sur cet océan de dette. Si l'un flotte, un autre coule, et vice-versa.
- Le système bancaire n'est plus un fournisseur de crédit, mais un créateur de monnaie, et engouffre, sous la forme de l'intérêt qu'il exige sur l'ensemble de la masse monétaire, un pourcentage toujours croissant de la richesse et de la production communes.
- La monnaie ne va jamais là où elle serait nécessaire et équitable, mais là où elle va rapporter le plus, créant des bulles arbitraires et des crises à répétition !
La seule façon de s'en sortir, c'est de trouver un autre moyen de diffuser la monnaie dans la société, un moyen juste, vertueux et équilibré : distribuer à chaque citoyen sa propre part de monnaie, régulièrement et équitablement...

.

Voir la vidéo sur Youtube :
http://www.youtube.com/watch?v=mX8pkaN_c6M

 

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.