Convivance (convivencia)

Ce mot n’est pas un néologisme, il est absent du Petit Robert édition 2008. Pourtant Abdelwahab Meddeb l’utilise à plusieurs reprises dans un article paru dans le journal Le Monde le 12 septembre 2008 à propos de la visite du pape en France et intitulé “Pour une religion de la paix perpétuelle” qu’une phrase mise en exergue résume ainsi: “Finalement tous les humains ont une seule et même religion dont les formules et les cérémonies divergent “.

Si seulement cet écrivain, professeur de littérature comparée à Paris X, pouvait être entendu de la planète entière, l’humanité règlerait bien des problèmes. Mais là n’est pas le propos de ce billet. Convivance vient du mot occitan convivencia. Restée en sommeil pendant sept siècles, la langue occitane véhicule des concepts et des idées oubliées. Alem Surre Garcia définit le mot ainsi: ” L’art de vivre ensemble dans le respect des différences en termes d’égalité”.

Le “convivencia” s’inscrit dans l’histoire du pourtour méditéranéen occitan qui voyait cohabiter pacifiquement les juifs séfarades d’Espagne, les musulmans (arabo-andalous) occupant la Septimanie (Languedoc Roussillon actuel) et la Provence, et les Wisigoths bâtisseurs de Toulouse (Tolosa). Tous ce petit monde commerçait habilement, Narbonne rayonnait autant que Byzance et on se mariait entre communauté pour souder les alliances.
Lire ou relire à ce sujet ” Au delà des rives / Les Orients d’occitanie” de la fondation de Marseille à l’expulsion des juifs du royaume de France, ouvrage passionnant de Alem Surre Garcia aux éditions Dervy.

Une autre référence sur le sujet: Pascal Blanchard, historien, pour "La France arabo-orientale, treize siècles de présences" aux Éditions La Découverte. En direct à La grande Table sur France Culture le 27/11.

Au delà des rives © Alem surre garcia Au delà des rives © Alem surre garcia



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.