Le réchauffement climatique par les bottes.

les bottes en caoutchouc © GJ les bottes en caoutchouc © GJ
Dans l'intéressante émission de Médiapart hier soir sur" l'urgence climatique", les propos clairs et argumentés des deux intervenants, François Gemenne chercheur en sciences politiques, de Lucie Pinson du mouvement des Amis de la terre et des deux journalistes, ont enrichi la réflexion sur le sujet.

Il a été question en particulier de la représentativité de cette urgence qui ne peut être seulement envisagée d'un point de vue environnemental , ce point de vue restant trop souvent abstrait, sa globalité ne définissant pas suffisament les enjeux à un niveau local. En fin d'entretien François Gemenne parle de cette représentation de l'urgence climatique qui doit être à la fois politique, sociale, culturelle voir artistique et esthétique afin de mieux coller aux réalités des populations touchées directement ou indirectement par le réchauffement planétaire.

Dans nos vallées alpines, on sait que la forêt gagne en altitude, apportant un bouleversement des équilibres existants entre les différents étages de végétations et la faune qui en dépend. Le recul des glaciers est flagrant, j'ai pu le constater personnellement en l'espace d'une génération.

Plus directement,  j'ai constaté que nos us et coutumes étaient directement modifiés par l'évolution du climat, des températures et des précipitations.  L'été particulièrement pourri et le début d'hiver très doux de cette année 2014 ont changé nos habitudes, car souvent au début de l'été on range nos bottes en caoutchouc pour ne plus les ressortir avant le printemps suivant. Et bien cette année on ne les aura pas rangées du tout. L'absence de neige a relégué les boots de neige au placard, et la douceur des températures entretient une belle gadoue dans le jardin, gadoue à laquelle nous étions peu habitué en cette saison à 1300 mètres d'altitude.  Ce répit de l'hiver nous facilite les déplacements dans le village (plus de trace à faire à la pelle, plus de neige à déblayer), et sur les routes. Inconvénients, le sol n'est pas protégé par d'éventuelles gelées et les saisonniers de l'or blanc sont au chômage technique en ce début de vacances de Noël.

l'adret au soleil © GJ l'adret au soleil © GJ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.