gérard jacquemin
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

5 Éditions

Billet de blog 27 sept. 2012

Des racines bavardes

gérard jacquemin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Catherine & jérémie © gérard jacquemin

Ma grand-mère maternelle se prénommait Catherine, Caterina en Italien. Elle était originaire de Salugia, sur la rive gauche du Pô entre Turin et Milan, une immense plaine agricole striée d’autoroutes et de voies ferrées, avec la chaîne des Alpes en toile de fond. Son nom de famille figure encore sur un transept de la sévère église de Lamporo, patronyme d’un lointain ancêtre.

Née en Haute-Savoie en 1890 de parents immigrés, elle a beaucoup souffert du racisme qui sévissait au début du vingtième siècle en France à l’encontre des Italiens, « les ritals ». Dans la cour de l’école, la jeune Catherine supportait mal les sobriquets de ses camarades : « Caserio, Caserio ! » lui criaient-elles, du nom de l’anarchiste italien Sante Caserio qui assassina le Président de la République Sadi Carnot en 1894. Elle en souffrait et qui plus est, elle pensait que sa nationalité se lisait sur sa figure. Plus tard elle en fit un véritable complexe et ne s’intégra jamais vraiment à la société française. La pauvre, si elle avait su qu’un de ses concitoyens, homonyme du nom de sa mère, peut être un cousin, Augusto Mazetti, soldat pendant la guerre de Lybie en 1912, cria au cours d’une manifestation « Vive l’anarchie » et tira sur son colonel.

À la fin de sa vie, prise d’une phobie de la propreté, elle se promenait souvent dans son appartement avec un chiffon et un flacon de solvant. Un soir de panne d’électricité, Catherine alluma une bougie sur son chevet, l’accident fut inévitable, le feu prit dans son lit, elle mourut tragiquement dans les flammes. A cet instant précis sa fille cadette était en train de préparer le dîner à trois cents kilomètres de là. Soudainement, elle sentit derrière elle la présence de sa mère, elle se retourna subitement et fut surprise de s’être laissé abuser de la sorte.

 Au printemps 2002, nous partîmes, en compagnie de mon fils cadet, pour un périple automobile, sorte de voyage initiatique, qui nous emmena sur les traces de nos racines italiennes. Je lisais alors le fameux roman d’Umberto Eco « Le pendule de Foucault », où il est question de communication avec l’au-delà. Le récit du narrateur nous emmène successivement en Amérique du Sud, à Paris et bien sûr dans la plaine du Pô. Une grande partie de l’action se situe d’ailleurs entre Turin et Milan.

 Arrivés à Lamporo sous un ciel bas et pluvieux, nous partîmes explorer le cimetière situé hors du village, au milieu des champs fraîchement labourés. Nous retrouvâmes bien sûr les traces de nos ancêtres parmi les énormes tombeaux et mausolées, cinq minutes suffirent. Mais lorsque nous revînmes à la voiture stationnée sur le parking, désert à cette heure matinale, la vitre du conducteur avait explosé et une partie de nos effets personnels avaient disparu.

 Que croyez vous qu’il arriva ?

 Rien, sinon que « le pendule de Foucault » aux éditions du «  livre de poche » se volatilisa avec le reste... Si, il arriva que la vitre côté conducteur étant rafistolée avec du carton, pour rentrer en France nous dûmes emprunter le tunnel du Fréjus long de treize kilomètres,  celà acheva la guérison d'un adolescent en crise, souffrant de persécution avec phobie des tunnels et des ascenceurs.

J’ai toujours pensé qu’à travers chacun de nous, à travers nos actes et nos pensées, les disparus arrivent à s’exprimer, à leur manière. Nous sommes le prolongement, la terminaison vivante de nos multiples lignées ascendantes, connues ou inconnues. Nous ne captons pas souvent leurs messages sauf dans certaines circonstances bien particulières, comme celles que nous vécûmes mon fils et moi, ce jour de printemps 2002, dans la plaine du Pô entre Turin et Milan.

GJ 2004

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement