gérard jacquemin
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

5 Éditions

Billet de blog 29 août 2013

Le bâton

gérard jacquemin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

myrtillier © GJ

Cher Michel,
Ce matin, je partis au levé du soleil pour la cueillette, rituelle à cette époque de l'année, des baies rouges si bonnes à la santé, myrtilles et framboises sauvages abondantes en montagne en cette fin d'été. Pour atteindre le "creux de la feuille morte", notre lieu de prédilection pour la cueillette, j'emmenais le compagnon que tu me léguas lors de votre dernier passage aux" Epilobes", le fameux bâton en tige de tournesol séchée.
De part sa taille, il est très utile en forte pente, à la descente comme à la montée. Son poids plume est un atout indéniable et sa texture, mi- rugueuse mi-lisse, permet d'y assurer la main et le poignet de bonne manière. En effet, piquer bien avant dans la pente à la descente, il permet d'assurer plusieurs pas en glissant la main sur une bonne partie de sa longueur.
L'herbe mouillée de rosée a quelque peu effiloché son extrémité, elle gagnerait à être ferrée pour des passages plus délicats tels que névés de neige dure ou sol rocailleux.
En marchant à flanc de montagne, il peut être utilisé en travers du corps à contre pente comme un point d'appui sûr, un peu à la manière des bergers.
Son extrême légèreté fait que si on ne souhaite pas "bâtonner", on le porte à bout de bras sans aucune gêne.
Ce compagnon de marche représente un ami sûr et permet de part sa grande taille d'y poser, au repos debout, le menton sur les deux mains croisées en son sommet sans avoir à courber le buste; une posture de berger également, propice à la contemplation et à la réflexion.
On a peine à imaginer l'importance d'un bâton de marche de nos jours, surtout si l'on n'a pas atteind l'âge canonique du demi-siècle mais, celui ci, de part sa simplicité, son origine naturelle, sa rectitude et sa robustesse, pourrait en remontrer à tous ces bâtons de marche en aluminium avec dragonnes et rondelles en plastique.
Un si modeste présent mérite t-il un tel chapitre? Je n'en doute pas un seul instant dès lors qu'il fut donné de grand coeur. Le soutient et l'aide qu'il peut apporter lors de futures marches en montagne n'auront d'égale que l'énergie qu'il rayonne grâce aux bonnes pensées qui accompagnèrent ce don.
"…objets inanimés avez vous donc une âme ? Qui s'attache à votre âme ait la force d'aimer".
Michel, je te remercie.
Bien à toi et à tes proches.
Gérard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre