Gerard Muguet Bossard
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2015

Un Journal de la libération de Buchenwald - X - jeudi 12 avril 1945

Gerard Muguet Bossard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Jeudi 12 avril 1945

 Au lever du jour un rapide coup d'œil nous offre un spectacle étonnant ! Une ville s'étend devant nous. Deux routes y conduisent. On n’y voit pas beaucoup d'animation. Et le jour se lève. Par contre on entend toujours la canonnade. Par moment c'est même un véritable vacarme. Des coups de canons, des explosions, des tirs de défense anti-aérienne. Nous sommes proches du secteur du feu. En plein front. Au cours de la nuit nous avions déjà vu que d'immenses lueurs éclairaient la plaine. Une petite pluie fine commence à tomber. Nous sortons de notre cachette pour y poser un toît. Ce n'est pas très difficile il suffit de manier quelques bottes de pailles et nous sommes à l'abri. Nous nous couchons de nouveau avec l'intention de dormir pendant le jour et de reprendre la marche la nuit suivante. Nous sommes assez fatigués pour penser dormir toute la journée. Soudain nous sommes réveillés par des voix; nous pensons entendre de l'allemand. Nous ne bougeons pas. Nous commençons à mieux nous réveiller.

Je pense que ce sont des soldats, des soldats allemands, ou bien des membres de la Völksturm. Ils sont juste là. Tout à coup, patatras ! Notre toit s’écroule. Les bottes nous tombent brutalement dessus avec des hommes rudes. Mais rien de grave. Les pantalons que nous apercevons les premiers, nous rassurent, ce sont des rayés, comme nous. Comme nous ils étaient couchés dans la meule. Mais un étage au dessus. Ce sont nos frères de misère en principe, merci! lorsque nous avons réussi à nous dégager nous avons constaté qu'il s'agissait bien des évadés de notre colonne, des Polonais. Ils sont trois, Il y en a un que notre bagage intéresse particulièrement. Il commence à prétendre que nous avons volé nos affaires.,

Il fait mine de s'expliquer avec l’expression "comme ci comme ça » qui, dans le jargon des prisonniers, sous-entend voler. En fait, ce type qui nous accuse d'être des voleurs, tente de dérober un bout de pain qui dépasse d'une des musettes de Charles. Il s’en empare même très vite. Et nous devons l'empoigner pour lui arracher ce qui nous appartient. Heureusement tout s’arrange rapidement, l'un d'entre-eux, plus raisonnable intervient. Il ramène son camarade a plus de dignité. Pendant cet incident nos intrus on fait beaucoup de tapage. Ils n'ont pas craint de s'exposer. De parler haut et fort. Comme un avion passe au-dessus de nous je leur fais signe de garder plus de prudence avec les mains. Ils répondent : Américains !

Néanmoins après leur départ, nous jugeons plus prudent, de rentrer de nouveau dans notre tanière et d'attendre la nuit comme convenu. Pendant cela la canonnade continue. Pendant la journée de nombreux avions survole la ville À basse altitude. Nous pouvons les distinguer facilement. J'essaye de voir leurs marques. Et si les polonais avaient raison?

Un certain moment je remarque nettement sur les ailes une étoile. Ce sont des Américains. Notre joie est grande. Charles pense qu'il ne faut pas sortir de notre cachette maintenant. Il dit qu'il faut attendre que les bombardements cessent. Il pense que la fin de la canonnade signifiera que les allemands auront quitté la ville. Nous attendons, nous pensons à un plan pour le soir. Des voitures militaires roulent sur une route qui mène vers la ville difficile de savoir si ce sont des véhicules américains ou allemands. Nous voyons des chars. Je ne crois pas que ce sont des Allemands. Pendant que j'observe Charles est toujours allongé dans notre tanière. Tout à coup j'aperçois des hommes qui sautent d'une autre meulle de paille. Une meule située très de la route sur laquelle passent les chars. Il s'approche d'un des chars qui s'est arrêté. D'autres hommes se regroupent en secouant des couvertures. Pas de doute, ce sont des prisonniers, des « Häftlinge ». Je remarque que ceux qui sont près du char arrêté discutent avec les occupants du véhicule. Au bout de quelques minutes la machine reprend la route. Les prisonniers repartent avec.

Ils passent la route qui va vers la ville. Qu'ils ne prennent pas. Charles suppose que, si, comme nous le pensons, ce sont des chars américains, le pilote aura sans doute recommandé à nos camarades d'évasion de ne pas pénétrer en ville.

Maintenant la joie nous gagne. Serons-nous  libres bientôt ? Aurons-nous la chance de nous en tirer à si bon compte? Une grande agitation et beaucoup de confusion envahit mon esprit. Même si il est difficile de se souvenir de tout avec exactitude. Un bonhomme passe à travers les champs. Il tient son vélo à la main. C'est sans doute un allemand. Je vais vers lui. Je lui demande « Who ist américain » je comprends le mot stadt, ville. Veut-il dire que les américains sont en ville? Ai-je bien compris le cycliste à la pipe vide, qui n'avait plus de tabac et qui n'a pas pu me donner une cigarette comme je lui ai demandé ?

 Je reviens vers Charles pour lui communiquer la bonne nouvelle. Peu de temps après, sur la route, une femme s’avance en poussant une voiture d'enfant devant elle. Elle est accompagné d'un homme. Ils viennent de la ville. De nouveau je vais vers eux pour les rencontrer. Ce sont vraisemblablement des Polonais, les travailleurs libres. Ils me donnent la même réponse. La femme explique qu'en ville les soldats donnent du pain aux prisonniers. Je retourne vers Charles. Nous préparons rapidement nos bagages avec l'intention d'aller en ville. Nous hésitons cependant car nous apercevons une épaisse fumée noire qui s'élève dans la direction que nous avons prise. Et une explosion qui provoque un déplacement d'air que nous ressentons nettement; Nous sommes sur la route, nous poursuivons notre marche. Dans le fossé nous remarquons une jeune femme, Une allemande Elle est couchée avec deux enfants. Son vélo est près d'elle. Elle a peur des avions américains qui tournent dans le ciel. J'essaye de la rassurer. Nous continuons notre chemin. Mais surprise !

À notre grand étonnement nous voyons une pancarte indicatrice sur le bord de la route sur laquelle figurent les mots Shönebeck an der Elbe. Moi qui pensais avoir dépassé cette ville depuis longtemps ! Après les premières maisons, Dans un champs à droite, des soldats américains groupent des soldats allemands. Les voilà prisonniers ce que nous étions hier encore. Je m'adresse à un soldat américain. Il me conseille de pénétrer en ville. Aux fenêtres il y a des drapeaux blancs. Nous sommes libres ! Marchant avec allégresse, j'éprouve un flux d'émotions qui m'envahit. Les sentiments se bousculent et déjà les perspectives de devenirs se forment. Après tant d'années de privation de liberté les sentiments complexes qui m’envahissent sont intenses. En rendre compte dépasse mes capacités de style narratif.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat