Le besoin urgent d’omnisports

Financement du sport : ne pas se résigner. Il y a besoin de service public. Le sport est un droit

Gouvernance du sport, financement du sport, organisation du sport... comme à chaque épisode, malheureusement, le même feuilleton se rejoue.

 

  1. L’essentiel : Les moyens humains et financiers diminuent, le service public du sport et la conception du rôle et de la place de l'Etat sont mis à mal... Tout semble fait pour dégrader cette belle idée que le sport est un droit.
     
  2. Sous prétexte de nouvelle gouvernance, pour donner toujours plus de place à la société civile institutionnalisée, les réunions se multiplient, de nouvelles structures sont mises en avant... un « consensus » est présenté, alors pourtant qu’il est loin de faire l’unanimité…

  3. Toujours les mêmes ou à peu près sont réunis, et dans une même logique : constater qu'il y a moins d'argent, chercher toujours plus de financements privés (aléatoires !), partager les « pouvoirs », rétrécir les responsabilités de l'état ce qui d’ailleurs favorise son désengagement…

  4. Les fourches caudines de la verticalité, de l’émiettement disciplinaire sont la règle : point de salut hors d'une licence fédérale obligatoire dans le cadre d’agréments par sport très stricts, avec des structures pyramidales.

  5. Conséquences : les sportifs à la base doivent payer, toujours davantage, parfois sans recevoir aucune contrepartie, pour « être solidaires » ou « être membre de la grande famille de tel ou tel sport »... mais solidarité et partage ne se décrètent pas ! Ils se vivent, au quotidien.Une fois encore, le fait omnisports est nié. L’organisation, choisie, en clubs omnisports est remise en cause, parfois combattue ouvertement. Le droit d’adhérer à une association dans un cadre librement consenti est remis en cause...Ce cloisonnement disciplinaire et son renforcement autour d'obligations n’apporte plus de solution. Curieusement, au moment où on nous explique qu’il faudrait « libéraliser » beaucoup de domaines, la licenciation systématique est devenu la règle, la délégation stricte pèse comme jamais auparavant, un unanimisme de façade règne...Pour que le sport se libère, se donne de l’air, puisse inclure toutes ses nouvelles dimensions, toutes ses diversités, son pluralisme, pour qu’il porte envie et émancipation... il a besoin de transversalité, de regards omnisports assumés.L'apport de cette bouffée d’oxygène est vital : prise en compte du local, des territoires, visions plus horizontales, moins codifiées, moins normatives, innovantes, inventives... C’est votre apport, celui du mouvement omnisports structuré dans et par ses clubs, petits et grands. Il est bien sûr complémentaire des autres dimensions mais indispensable pour réformer d’une manière nouvelle, plus cohérente, plus proche des acteurs et des réalités de terrain, plus utile. 

Gérard Perreau-Bezouille

Président de la F.F. Clubs Omnisports

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.