Résister, s’adapter, construire dans notre « écosystème »

La FFCO : l’outil que ce sont donnés les clubs pour « résister et s’adapter », pour les défendre, pour défendre une visée omnisports, force de tous les sports, force de tout le sport.

Notre fédération est l’outil que ce sont donnés les clubs pour « résister et s’adapter », pour les défendre, pour défendre une visée omnisports, force de tous les sports, force de tout le sport.

 Résister aux dérives, résister aux risques du tout-argent, au règne des médias qui favorisent quelques sports et en oublient tant d’autres, aux désengagements du service public... Résister c’est proposer, c’est dénoncer quand il le faut, c’est porter des histoires, des identités dans leurs apports aux autres, c’est s’engager...

 S’adapter car le monde a bougé, bouge, continue de bouger à un rythme de plus en plus rapide. Comment pourrait-il en être autrement pour le sport, de plus en plus partie intégrante, constitutive, de la société ? Il bouge lui aussi. S’adapter donc pour être plus efficace, pour mieux prendre en compte, être en phase avec les besoins, les aspirations des adhérents, plus généralement des « gens » au plus près d’eux, « près de chez nous ».

 Résister et s’adapter c’est donc construire. Construire dans les relations avec toutes les entités qui interagissent dans notre environnement.

Les clubs sont des cellules d’un « écosystème » constitué d’acteurs, de divers réseaux, de diverses parties prenantes (adhérents, fédérations, bénévoles, Etat, commune, cadres techniques, salariés, associations et institutions diverses...), qui ont en commun de « façonner », directement ou non, le sport du quotidien, dans le temps et dans l’espace, encadrés par des engagements pris les uns envers les autres. Avec l'expansion des réseaux numériques, les informations circulent, se diffusent... Le pilotage se complexifie... Comment, dans cet écosystème, faire en sorte que les « valeurs » apportées par chacun s’ajoutent et profitent ainsi à tous ? Que les « projets » de chacun, dans leurs confrontations et leurs complémentarités, dialoguent, se fécondent, se fertilisent, s’hybrident ? Comment ainsi contribuer, tous ensemble, dans leur élaboration comme dans leur mise en œuvre et leur évaluation, à des projets sportifs partagés, à chaque échelle et notamment locale?

Penser le club dans son écosystème pour émettre et recevoir. Organiser la fédération pour permettre au club d’agir en ce sens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.