Sport, culture et humanisme

Il y a un fondement profondément humain dans le sport : le jeu, le geste, l’effort, la simple rencontre. Pour autant, le sport n’a pas de vertus particulières — ces fameuses « valeurs du sport » — ni de vices, qui seraient inscrits à jamais dans ses gênes.

Il y a un fondement profondément humain dans le sport : le jeu, le geste, l’effort, la simple rencontre. Pour autant, le sport n’a pas de vertus particulières — ces fameuses « valeurs du sport » — ni de vices, qui seraient inscrits à jamais dans ses gênes. Le sport ne pense pas — ouf ! pas de pensée unique — car il est, profondément pluriel, par essence. Et c’est tant mieux ! Aucun texte de loi ne pourra conférer à une entité, quelle qu’elle soit— de parler en son nom.

L’activité physique et sportive s’est développée considérablement ces 40 dernières années, partie prenante d’un vaste mouvement d’adaptation du corps aux conditions nouvelles de vie. Le sport produit des spectacles à l’échelle mondiale sans commune mesure avec n’importe quelle autre production culturelle. Cette activité humaine a des atouts et peut donc servir d’outil pour promulguer des valeurs.

Le sport apprend le réel, la règle, l’altérité, le rapport du projet aux moyens, les notions d’effort et de plaisir différé…

Il est politique par définition, puisqu’au cœur de la vie de la cité, c’est « le sport près de chez nous », dans les clubs, produits métissés et divers des histoires locales.

Dans la société, le sport en porte les contradictions. Oui il y a des violences sexuelles, du dopage, de la corruption, des processus de domination, de la misogynie, de l’homophobie, du sexisme, du racisme, des inégalités sociales… Et il y a des combats à mener…

Il est donc lieu naturel de débat et d’action : cela nécessite des intentions, de l’engagement, les volontés de femmes et d’hommes, qui, ce faisant, lui confèrent forme et contenu et contribuent, à leur niveau, à créer, à redonner ce sens, ces valeurs, y compris, au-delà, sur les grands enjeux de société.

Ce sport-là, où on peut toujours grandir, sans faire en sorte que l’autre soit petit, où on grandit ensemble ; ce sport, porteur d’émancipation, d’enrichissement, d’épanouissement, a sa place, pleine et entière, dans la Culture. Ce sport qui conjugue démocratie, citoyenneté, fraternité, respect des différences… repose sur votre militance.

Merci à vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.