L’après ? c’est maintenant…

Opposons à ce méchant virus, le virus de l’engagement, du sens-action, une contagion de générosité dans le rapport à l’autre, propageons les, ensemble.

Les situations de crise ont toujours des effets plus négatifs sur ceux qui sont déjà en difficultés. Nos pensées vont d’abord vers eux. Pendant toute cette période, vous avez donc été encore plus attentifs aux plus démunis, aux personnes souffrant de handicap, aux plus âgés, à ceux qui ont été touchés par la maladie, à leurs familles… vous continuez d’innover pour proposer à toutes et à tous des pratiques de proximité adaptées. Par-delà les démarches disciplinaires, vous avez fait vivre le club, au local, comme espace de convivialité, de solidarité, d’espoir.

Les actions concrètes que vous menez depuis longtemps ont trouvé toute leur place au moment où la compétition est passée au second plan. L’activité dans tel quartier prioritaire avec 20 jeunes, l’école multisports avec 30 enfants, l’activité sport santé mise en place au profit de ce groupe de diabétiques… doivent participer au « sport d’après » au même titre que les pratiques « classiques » de 150 ou 200 licenciés dans telle ou telle fédération. Ils font partie de la grande famille du « sport près de chez nous »,

Il faut maintenant faire en sorte que le sport, tout le sport, tous les sports, « redémarrent » dans les meilleures conditions. La F.F.C.O., votre fédération a, tout au long des difficultés, répondu présente à vos côtés et je voudrais en remercier toute l’équipe. Elle va continuer.

Il s’agit aussi de concilier l’évitement physique nécessaire, strict, les gestes barrière, et notre convivialité, ADN de la conception humaniste du sport qui nous anime.

Nous voulons être, par l’apport d’un omnisports vivant, moteur d’une nouvelle manière de penser et de faire au sein d’une société et de structures à réformer, acteurs d’un futur solidaire, plus fraternel, plus égalitaire, responsable et durable, performant par l’excellence comme par les dimensions sociales et sociétales.

La situation bouleverse les habitudes et les croyances, les solutions pour le futur ne sont pas simples à imaginer et surtout à mettre en œuvre, alors « avançons en marchant », faisons en sorte que nous sortions tous grandis de ces épreuves. Les « valeurs » - dans le sport : amitié, éducation, excellence, universalité, respect, santé…-, souvent agitées, ne prennent sens, n’existent, que si elles sont déclinées en dispositifs concrets, évaluables ; l’effort de passer à l’action est indispensable pour que les mots, les idées soient validés.

Construisons, dans notre diversité, à chaque niveau, avec des réponses novatrices, les organisations de demain, en rapport avec ce monde qui bouge, ces besoins et ces aspirations qui mutent.

Opposons à ce méchant virus, le virus de l’engagement, du sens-action, une contagion de générosité dans le rapport à l’autre, propageons les, ensemble.

 

Gérard Perreau-Bezouille

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.