Gérard Voinnet
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2008

Travail (du dimanche) et liberté

Je suis allé faire un tour sur le site de l'UMP. J'y ai trouvé un espace de dialogue appelé "controverses". Parmi les thèmes proposés figure celui du travail du dimanche.

Gérard Voinnet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis allé faire un tour sur le site de l'UMP. J'y ai trouvé un espace de dialogue appelé "controverses". Parmi les thèmes proposés figure celui du travail du dimanche. J'y ai posté le commentaire suivant :

Il est des notions que l'on invoque volontiers pour faire passer à peu près tout ce que l'on veut. L'humanitaire, le caritatif, en sont sans doute les exemples les plus démonstratifs. Sous l'alibi de verser une coquette somme d'argent à une association "humanitaire", on peut déverser des immondices sur les écrans de télé. Ici, c'est la notion de liberté qui est mise à contribution. Or, ce concept de liberté appelle au moins trois remarques.

En premier lieu, selon moi, l'existence d'une liberté ne se vérifie pas individuellement, au cas par cas, mais collectivement. Je m'explique : la liberté -individuelle - de décider de tuer ou non son voisin n'existe pas parce le meurtre est interdit par une décision collective. Ce qui légitime l'existence d'une liberté c'est la finalité de l'acte qu'elle autorise. Ce qui la légalise, dans notre pays, c’est que cette finalité est jugée conforme au pacte républicain.

En second lieu une liberté publique suppose qu'elle soit " exerçable " par tous. Quid de la liberté des salariés qui souhaiteraient travailler le dimanche dès lors que leur employeur ne le voudrait pas ? Nous touchons là à l'asymétrie, au déséquilibre des relations employeur-salariés. Le volontariat est un mythe dans la mesure où son exercice peut mettre en péril l'emploi même des salariés. Ceux qui pensent que le libre-arbitre des employés en situation de travail est une réalité n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise, et n'ont de surcroît jamais lu le code du travail. Le contrat de travail est un contrat d'assujettissement du salarié à son employeur en échange d'une rétribution. Je ne m’attarderai pas sur ceux dont le secteur d’activité interdit le travail du dimanche : pour qu’un enseignant puisse être volontaire pour faire cours le dimanche, il faudrait que les élèves soient d’accord pour y venir et leurs parents d’accord pour les y envoyer. Cela fait beaucoup de libertés !

Enfin, pour qu’une décision puisse être prise en toute liberté, il faut qu’elle soit éclairée. Les informations données pour permettre cet éclairage doivent être sincères. Un des principaux arguments des promoteurs du travail le dimanche tient dans l’exploitation d’un sondage d’opinion. Or, il s’agit d’un sondage parmi d’autres. Tous ne donnent pas le même résultat. Ensuite, on frôle la malhonnêteté lorsque l’on affirme que 67 % des sondés sont favorables au travail le dimanche. En réalité, 10% des sondés seraient d’accord pour travailler régulièrement le dimanche et 57% d’accord pour travailler " de temps en temps ", sans que cette notion de " de temps en temps " ne soit précisée (3 fois, 7 fois, 15 fois ? …. Rien n’est dit, or la fréquence pourrait bien avoir de l’importance). Pour que l’éclairage soit complet, il aurait peut-être fallu procéder à un sondage complémentaire : " Seriez-vous d’accord pour ne travailler que la semaine si vous étiez payés 25 % plus cher ( ou 15 ou 30, …) ". Nantis de tous ces éléments de réflexion, l’aspiration quasi frénétique à l’exercice d’une nouvelle " liberté " serait peut-être un peu freinée. En fin de compte, ce qui est souhaitée, plus que le droit de faire ce que l’on veut le dimanche, c’est peut-être d’avoir un pouvoir d’achat sensiblement amélioré.

Je conclurai en m’interrogeant sur la probité des responsables politiques qui veulent imposer cette mesure. Je conviens que cette forme d’accusation est lourde de sens. Cependant l’accumulation des arguments de mauvaise foi est telle que l’on est en droit de penser que l’enjeu est tout autre que celui dans lequel ils veulent instrumentaliser les simples citoyens. Outre ce que j’ai développé plus haut, je me demande comment un ménage qui dispose de 150 euros à dépenser pour la semaine pourrait en dépenser 200 parce les magasins seraient ouverts le dimanche. Mesdames et Messieurs les responsables, malgré vos capacités d’illusionnistes, la gestion du budget d’une famille modeste ne tient pas de la magie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart