Ce sera une fuite en avant suicidaire que de poursuivre l’austérité avec un Valls bis

Le gouvernement Valls 1  échoue sur sa politique d’austérité. Une politique que 40 % du BN du PS avait désapprouvée des le 18 février dernier, 100 députés l’avaient rejeté dés avril, et maintenant des ministres le faisaient. La « panne » était évidente, comme dirait Michel Sapin.

Le gouvernement Valls 1  échoue sur sa politique d’austérité. Une politique que 40 % du BN du PS avait désapprouvée des le 18 février dernier, 100 députés l’avaient rejeté dés avril, et maintenant des ministres le faisaient. La « panne » était évidente, comme dirait Michel Sapin.

Ce serait une fuite en avant vaine que de poursuivre.

Cette politique d’austérité libérale avait conduit au désastre le 30 mars, et encore pire le 25 mai. Jamais il n’aurait du être mis en place un gouvernement Valls sur cette ligne, il fallait tenir compte des électeurs et choisir un cap à gauche. Le gouvernement Valls reposait sur une tête d’épingle, il ne rassemblait pas les socialistes ni la gauche. Il  n’était pas assuré d’une majorité à l’Assemblée nationale pour le budget 2015. Il était minoritaire dans le pays, dans la gauche, et largement dans le Parti socialiste. Il echoue et éclate au bout de 147 jours.

Face à cette crise politique saine et salutaire qui donnait l’occasion de reprendre un cap à gauche, l’entêtement de l’exécutif se manifeste, et Valls étant reconduit, la poursuite dans ces conditions, de la MEME ligne avec une nouvelle équipe du même type, se présente comme un coup de force pour le moins suicidaire. Ne pas changer une orientation qui perd, qui est « en panne », tous feux rouges allumés, est impossible.

Le Parlement doit s’imposer à l’exécutif

Non au pouvoir personnel. Le débat ne peut être étouffé par excès d'autorité. Comme il y a impasse, il resurgira aussitôt, pareillement ou autrement. Dans ce cas, c'est aux députés de faire entendre leur voix. Pas de dissolution ! ce mot est maudit, et hors sujet. Le Parlement doit l’emporter sur l’exécutif car il y existe encore et toujours la majorité rouge rose verte qui a gagné en mai juin 2012 et elle a mandat pour agir à gauche et rompre avec les choix libéraux. Cette majorité de gauche élue doit être respectée, elle détient la solution.  L’austérité doit être mise en minorité, et un gouvernement de gauche unie doit être construit. Il s’agit ainsi de sauver la gauche.

Gouvernement rose rouge vert, gauche unie

il doit y avoir réunions, travail en commun (avec leurs partis respectifs) de tous les députés de gauche à l’assemblée pour une alternative qui sauve la gauche. pour un gouvernement qui en soit issu démocratiquement. Dans ces conditions, le Parti socialiste plus que jamais, doit réagir, débattre, et affirmer ses positions de façon indépendante. Cap à gauche ou cap suicide !

Non à la baisse du coût du travail, haussez les salaires, baissez les dividendes

Le Parti socialiste n’a jamais voté la politique de l’offre ni celle de baisse du coût du travail, ni l’austérité. Il n'a jamais voté de flexibiliser le droit du travail, de supprimer les élections prud'hommes, de casser l'inspection du travail, de faciliter les licenciements, de multiplier les contrats précaires, de geler les seuils sociaux, de ne pas amnistier les syndicalistes, de diminuer les droits des chômeurs et intermittents, de repousser l'age réel de la retraite à 66 ans avec 43 annuités, de donner 41 milliards au Medef, de retirer 11 milliards à la Sécurité sociale, de retirer 11 milliards aux collectivites territoriales, de faire 50 milliards d'économies sur nos besoins sociaux.

Au contraire, le projet adopté par le Parti socialiste se retrouvait dans le discours du Bourget, il se retrouvait dans la victoire de mai juin et les attentes des électeurs de gauche : ce n’est pas le cas de l’orientation du gouvernement Valls n°1 et encore moins  s’il est reconduit dans le cas du second, car l’austérité est une déjà impasse éprouvée.

Pour un congrès du PS, vite !

Alors il faut convoquer un congrès extraordinaire du Parti socialiste. Il devait avoir lieu vite. Déjà la demande fut faite en avril avec l'exigence de consulter les militants sur le changement de premier secrétaire. Cela a été repoussé. Cela doit être remis à l’ordre du jour au plus vite. Démocratie ! Les militants doivent avoir la parole, débattre et peser.

lundi 25 août

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.