JE VAIS (ENCORE) VOTER POUR UN SALE TYPE

Montrons aux minorités notre engagement: nous sommes dans le même bateau et c'est tous ensemble que nous construirons demain. Continuons notre révolution par le bas! Votons Macron, mais à reculons, pour ne pas se faire...

LES HÉSITATIONS
Dans la perspective du 2ième tour, Banquier/Fifille, j'étais formel. Je n'irai pas voter: trop de rancœur, trop de dégoût pour l'intégriste de la finance pour le préférer à une fasciste xénophobe. Programme social destructeur, aucune vision écologique, cadeaux aux plus riches... Mon choix était fait, je n'en dévirai pas.
Mais, à force de lectures, j'étais pris de vertiges. Tous les médias appelants à la peur du fascisme Lepeniste... Heureusement, il y a eu tous ces appels à haïr les abstentionnistes...

LES DÉFENSEURS DES ÉLITES, DU STATU QUO (ET DONC ACTEURS PASSIFS DE LA MONTÉE DU FN )
Ils votent tous les 5 ans et font la morale à ceux qui s'investissent pendant les 5 années qui suivent pour réparer leurs conneries. Tout ça m'a fait remettre les pieds sur terre: "non décidément, voter l'intégrisme du banquier face au fascisme xénophobe n'avait pas de sens". Ces idiots là ne se rendent pas compte à quel point leur discours est contre-productif et souffle sur les braises. Il faudra sûrement attendre qu'ils soient touchés par la violence économique qui traversent le pays avant de percevoir qu'ils en seront la cible un jour ou l'autre. Sans parler du mépris de nos prétendues élites pour la population. Ces gens qui ne voient toujours pas la différence entre radical et extrême, ces gens qui font les gros yeux dès que vous nommez le capitalisme et ses dérives... Qui n'ont jamais pris le temps d'y penser plus que ça parce que l'école et James Bond leur avaient bien expliqué "le communisme, c'est dangereux et ça ne marche pas". Ces gens qui rejettent en bloc et sans réfléchir le seul idéal politique qui revendique notre unité en tant qu'humain.
Puis, mon 2ième tour de gamberge: le doute et l'éditorial d'Edwy Plenel: "Dire non au désastre".

LE FASCISME FINANCIER LAISSE UN ESPOIR
Parce que combattre Macron par la voie citoyenne et démocratique sera possible (plus dur encore qu'aujourd'hui, mais possible). Tous les jours, à travers la consommation, les engagements associatifs etc... je combats les dérives de notre société. Avec le fascisme de la finance, il reste cet espace, ces possibilités, ces chances de tout changer. Avec Lepen, rien n'est garanti.

TOUS COUPABLES, TOUS VICTIMES
On nommera tous des responsables du désastre, mais pour mieux se cacher cette triste réalité: si le FN passe, nous serons tous victimes.

L'EMPATHIE, ÉVIDEMMENT
Depuis des décennies (ou depuis des siècles), toutes les minorités ou majorités silencieuses, nous donnent des leçons de patience: elles souffrent sans pour autant rejoindre les extrêmes. Même si toutes les souffrances sont légitimes, à coté notre colère et notre lassitude elles pourraient presque relever du caprice?

Quelle injustice que ce soient eux, qui doivent souffrir de nos états d'âmes. Ne prenons pas le risque de sacrifier ces minorités sur l'hôtel de notre colère et notre exaspération. Montrons au contraire notre engagement: nous sommes dans le même bateau et c'est ensemble que nous construirons demain.

NOTRE RÉVOLUTION
Si le FN passe, il nous vole notre révolution. Parce que se faire voler notre révolution par des débiles xénophobes serait trop moche, et si peu français; parce que la révolution est vraiment là rampante depuis des années, et qu'elle a montré un nouveau jour au premier tour de cette élection; pour toutes ces raisons, il faut poursuivre cet effort, militer, marcher, échanger, s'organiser... Notre cause est plus belle et plus grande que notre colère. En attendant les prochaines échéances, continuons notre révolution par le bas... Aujourd'hui plus que jamais c'est évident: elle est durable, utile, bienveillante et surtout efficace!

Il reste aujourd'hui à tenir le terrain, voter pour les législatives, ne rien lâcher (et ça sera difficile), et aider les macaronistes à ouvrir les yeux...

J'aimerai aussi inviter les macaronistes à mettre à jour leur vision du monde d'ici à 5 ans :  en votant Macron au premier tour, vous avez fait barrage aux espoirs de la jeunesse. Ca ne pourra pas marcher éternellement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.