LA REALITE OU LE SPECTRE DE LA DETTE

Au programme politique de Mélenchon on oppose souvent la dette, la "réalité économique"... Pourtant comme la bible, la dette est une écriture, rien de plus.

Parlons-en de la réalité ! Notre "réalité" c'est quoi ?

Les travailleurs qui ne gagnent plus assez pour se loger ? Les chômeurs qui galèrent qui sont victimes de harcèlement administratif ? Les retraités sous le seuil de pauvreté ? Le non-renouvellement et la corruption des élites Françaises ? Les migrants qu'on fou dehors ?  Les pays qu'on bombarde ou qu'on envahie militairement ? Les politiques qui nous "monte" les uns contre les autres ? Les populations des pays du sud qu'on continue d'exploiter ?
Les manifestants qu'on gaze et qu'on matraque ? La listes est longue...

Qu'est ce qui est important dans ce grand tableau de la réalité ? Quelques lignes de dette inscrites chez des fonds de pensions ou chez des groupes financiers, qui n'ont pas besoin de ça pour vivre ? Quel poids et quelle importance devrai-t-on accorder à ces aspects de la réalité ?

C'est complètement fou, la dette, ce n'est rien de concret, quelques lignes dans une base données, personne ne peut la voir ... On voit TOUS LES JOURS la misère, la pression sociale, les désastres sociaux et écologiques, les guerres etc... Mais on a réussi à nous faire croire qu'être lucide c'est ignorer ça, et avoir peur de la dette.

Avoir peur de quelque chose de virtuel et ne pas voir la réalité plurielle, je me demande si ce ne sont pas là les bases de tous les intégrismes...

Quand je lis "rattrapé par la réalité", je pense aux gens qui dorment dans la rue, à la crise climatique, aux déchets nucléaires qui s’amassent, à l'évasion fiscale, aux maladies du travail, aux paysans bio qui gagnent une misère, aux pays auxquels on fait la guerre, au frigo qu'il faut remplir, aux enfants dont il faut prendre soin, au réseau ferré qu'on a déstructuré pour servir quelques élites en TGV (mais qui trouve que l'avion c'est plus rapide et moins cher...), aux cliniques qu'on a vendu aux fonds de pensions et qui ponctionnent la sécu ... le "spectre de la dette" (ta-da-da-daaaaaa) arrive très très très loin derrière !!

ON PERDRAIT NOTRE SOUVERNAINETE ECONOMIQUE ? MAIS QUI LA DETIENT AUJOURD'HUI ?

On nous agite la peur de perdre notre "souveraineté économique". Mais vraiment QUI la détient aujourd'hui la souveraineté économique Française? Quand un président qui se disait de gauche applique le programme économique du MEDEF et fait des cadeaux en pagaille et sans contre-partie aux grands groupes ?
Pourquoi devrai-t-on avoir peur de perdre notre souveraineté économique alors qu'elle est déjà dans les mains de quelques "happy few" ?

Ce dont on a besoin pour retrouver cette souveraineté, c'est une volonté politique forte. Quelqu'un qui tienne tête aux grands groupes, au pouvoir de l'argent, au "clergé financier". Et qui soit soutenu par la population, pour ne pas se faire éjecter sous la pression financière. Pour ça, il faut que la population se ré-aproprie ces questions.

Le politique a toute légitimité pour prendre des décisions à propos de la dette à condition que ces décisions servent la majorité.

 L'ECONOMIE DEVRAIT ETRE UN OUTILS AU SERVICE DU POLITIQUE, AUJOURD'HUI C'EST L'INVERSE

On subordonne les choix politiques aux questions économiques. Pourtant, le marché existe parce qu'il y a un état et une stabilité politique. Ce n'est pas l'Etat qui vit du marché, l'état permet les conditions du marché et a le droit d'en changer les règles. L'inverse ne devrait pas être vrai !

Mieux, l'Etat ne serait plus compétent pour réguler le marché et n'aurait pas son mot à dire (principe de libéralisation façon "Milton-Margaret Macron"), mais par contre, on prendra son argent, en projets faramineux, en subventions, en chômage partiel, en bonus écologique ...

Si la France menace d'annuler une partie de sa dette, vous verrez qu'ils seront nombreux à être d'accord pour  négocier.

QUELLE LEGITIMITE DE CETTE DETTE ?

Les politiques de droites et de gauche depuis des années ont menées des grands projets et dépenses faramineuses qui ont continué à abreuver les mêmes grands groupes en argent publique... et à servir les élites.
Aujourd'hui on sais que la fraude sociale dont on nous a rabâché les oreilles représente des miettes comparées à l'exil et l'optimisation fiscale !
Alors finalement la dette est détenue par les puissants, et l’État a dû emprunter et créer cette dette notamment parce que ces mêmes puissants ne payent plus leurs impôts...

DOIT-ON AVOIR PEUR DE LA DETTE OU DE LA DES-HUMANISATION DE NOS SOCIETES ?

On me dit que je suis un rêveur, je pense -simplement- qu'il faut faire passer l'humain (et la vie en général) avant le reste. Si c'est ça être un rêveur, alors je suis un rêveur.

Mais j'ai bien conscience que s'élever contre la mythologie économique est un combat qui sera difficile à mener, et ça ne me fait pas rêver tant que ça. Mais au bout il y a l'espoir d'une société plus juste, et de vrais avancées sociales et démocratiques.

Je me demande si le rêveur serait pas plutôt celui qui vote Macron en pensant que "tout ça va s'arranger".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.