Germain Filo
Professeur de lettres-histoire et théâtre en lycée professionnel
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2022

Germain Filo
Professeur de lettres-histoire et théâtre en lycée professionnel
Abonné·e de Mediapart

Faut-il revenir à un bac professionnel en 4 ans ?

Le gouvernement prévoit d’allonger les périodes de stage en lycée professionnel dès 2023. A l’heure actuelle, 22 semaines sont prévues durant les trois années de formation. On devrait donc passer à 33 semaines. Au dépend de qui ?

Germain Filo
Professeur de lettres-histoire et théâtre en lycée professionnel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’infini rabotage des disciplines et des diplômes

Jean-Michel Blanquer a par deux fois réformé le lycée professionnel. En 2009, alors qu’il est directeur de l’enseignement scolaire (DGESCO), il pilote la réforme qui prévoit d’égaliser le temps de formation entre le bac professionnel et le bac général. Jusqu’alors, les élèves de lycée professionnel passaient deux examens : le Brevet d’Etudes Professionnelles (BEP) et le baccalauréat professionnel. Chaque diplôme se préparait en 2 ans soit 4 années au total. Lorsque Jean-Michel Blanquer décide de compresser en 3 ans l’ensemble de la voie professionnelle, il promet de maintenir un volume horaire à peu près équivalent. Les deux premières conséquences sont des emplois du temps très chargés et des contenus de référentiels et de programmes amincis. En 2019, Jean-Michel Blanquer pointe ces deux éléments et annonce une réforme plus profonde, une « transformation de la voie professionnelle » (TVP). Cette fois, il supprime de nombreuses heures d’enseignements généraux et professionnels et continue de vider les programmes d’une grande partie de leurs contenus. Les syndicats d’enseignants, d’inspecteurs, de lycéens, d’étudiants mais aussi les parents d’élèves sont nombreux à protester notamment lors des Etats Généraux de la voie professionnelle organisés au Sénat en avril 2019 par un collectif d’enseignants. Rien n’y fait, la réforme a lieu. On constate une petite avancée : le ministre annonce la mise en place d’ateliers de philosophie dans les établissements. Mais comme souvent dans les annonces, aucun moyen ne sera mis en place pour les rendre concrets si bien que très peu d’élèves peuvent en profiter aujourd’hui. 

Le travail manuel est aussi un travail intellectuel

Exiger une augmentation du temps en entreprise revient à dire que les élèves n’apprennent pas suffisamment en lycée professionnel. Cela sous-entend également que les compétences professionnelles prévalent sur les compétences générales pour l’insertion professionnelle. Or, dans le cadre d’une réforme sincère et ambitieuse du lycée professionnel, il faudrait peut-être commencer par faire converger la formation générale dans tous les lycées, mettre en place un tronc commun à toutes les filières. Le système éducatif repose en effet sur la distinction des métiers manuels et des métiers intellectuels alors qu’il n’y a pas deux types de métiers : certains où l’on pense et d’autres où l’on ne pense pas. De la même manière qu’une garagiste réfléchit lorsqu’elle recherche les origines d’une panne d’un véhicule, un auxiliaire de puériculture a besoin de toutes les ressources intellectuelles pour mettre en œuvre des soins et des pédagogies adaptés aux plus jeunes d’entre nous. Et les enjeux sont cruciaux, tant pour la sécurité des voyageurs que pour l'avenir des petits marmots. On pourrait développer longtemps sur l’importance pour une entreprise d’avoir des salarié.es qui s’adaptent et font évoluer leurs pratiques. Rappelons juste ce qu’affirmait le directeur de l’école Estienne en 1910 rapporté par Guy Brucy : « Si bon que soit et que puisse devenir l’apprentissage à l’atelier réglementé, modifié et amendé, [...] il ne prévaudra jamais contre l’apprentissage raisonné, méthodique et complet qui est fait à l’école professionnelle et qui, par la force des choses et des conditions nouvelles de l’industrie, sera vraisemblablement le seul véritable enseignement du métier dans l’avenir ». Une formation initiale, complète et méthodique, c’est ce que la loi Astier prévoit dès 1919 afin de permettre aux travailleuses et aux travailleurs de préparer un diplôme certifiant les aptitudes professionnelles (CAP) dans des établissements publics. 100 ans que l’enseignement professionnel est adossé à un enseignement général vigoureux. 100 ans qu'on étudie des œuvres littéraires y compris quand on apprend à tailler des pierres. Comme le rappelle Anissa Belhadjin et Maryse Lopez, la lecture de Jules Romains ou d‘Emile Zola était chose courante dans ces établissements au milieu du siècle dernier. Et en 1985, la création du baccalauréat professionnel est venue renforcer cette dimension. 100 ans donc que le débat est tranché en France. Même si tout n'est pas parfait.

Le Faucheur © Marcel Grommaire

Une année de plus ?

Daniel Bloch, recteur de Grenoble en 1985 et à l’origine de la création du bac pro, propose dans une tribune récente de revenir à un bac pro en 4 ans. Il propose que la formation puisse inclure deux semestres, rémunérés par l’entreprise. Ce retour à 4 ans d’études permettrait donc un allongement des enseignements généraux et professionnels et serait financé par les entreprises qui bénéficieraient de cette main d’œuvre mieux formée. Selon Daniel Bloch, cette proposition aurait l’avantage de mieux préparer à l’insertion professionnelle mais aussi à la poursuite d’études.

Loin d’affirmer que cette proposition est parfaite, suffisante, révolutionnaire, elle mérite néanmoins d’être étudiée. Les pistes pour réformer le bac professionnel ne manquent pas. Seront-elles discutées dans la concertation qui s’ouvre avec la ministre de l’enseignement et de la formation professionnels ? On ne demande que cela.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda