Germain Filoch
Professeur de lettres-histoire et théâtre en lycée professionnel
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 nov. 2022

Germain Filoch
Professeur de lettres-histoire et théâtre en lycée professionnel
Abonné·e de Mediapart

La fermeture de lycées parisiens est un enjeu national

L’annonce de la fermeture de 9 lycées polyvalents ou professionnels parisiens par la présidente de la région Ile de France a fait l’effet d’une bombe dans la capitale. Ces fermetures s’appuient sur une baisse potentielle de la démographie dès 2023. Pourtant, des alternatives existent.

Germain Filoch
Professeur de lettres-histoire et théâtre en lycée professionnel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 9 novembre, devant le conseil régional d'Ile de France, Valérie Pécresse n’a certainement pas vu la détermination de ces jeunes lycéen.nes de Brassens, d’Elisa Lemonnier, de Brassaï et des six autres établissements qui devraient fermer à Paris l’an prochain. Elle devrait pourtant prendre au sérieux leurs luttes et leurs capacités à faire tache d’huile tant leurs revendications sont justes et légitimes.

Des annonces de fermetures partout sur le territoire

Mme Pécresse savait-elle avant la Toussaint que la démographie parisienne allait baisser en 2023 ? Il est tout à fait raisonnable de le penser car en effet, dès 2017, l’INSEE annonçait une particularité parisienne avec une baisse de la démographie prévue malgré une hausse dans les autres départements franciliens. Mme Pécresse, élue depuis 2014 avait donc le loisir d’instaurer un dialogue avec les familles, les équipes pédagogiques et les élus locaux. C’est d’ailleurs bien la candidate malheureuse à la présidentielle qui s’était fait une spécialité d’exiger le renforcement du débat démocratique entre les Français durant la campagne de 2022. Partout sur le territoire, les homologues de Mme Pécresse ferment des lycées polyvalents et professionnels sans offrir la moindre concertation sérieuse. La méthode est la même, les arguments sont identiques, le désarroi des familles et des équipes pédagogiques est aussi fort. En conséquence, à Paris ou ailleurs, il est tout à fait justifié de demander un report de ces fermetures pour qu’un véritable dialogue se mette en place.

Ouvrir les centres villes aux périphéries

Alors que les lycées parisiens voient leurs effectifs diminuer, les établissements de la petite couronne ont très souvent des classes surchargées. Ne serait-il pas temps de remettre en cause l’existence de ce mur invisible entre Paris et les départements qui l’entourent ? Un coup d’œil sur la carte scolaire montre bien à quel point Paris est un château fort inaccessible pour ses voisins, à quelques dérogations près.

La carte scolaire à Paris © https://cartescolaire.netlify.app/#

Depuis 1971, la région parisienne est divisée en trois académies. L’idée affichée à l’époque était de pouvoir « vivifier les départements périphériques ». Pour autant, l’emprise de la capitale n’a pas cessé et on peut même constater que la ségrégation sociale s’est empirée. Dans son rapport, l’INSEE évoque la « création de secteurs de recrutement partagés » entre les départements. Une recomposition des académies franciliennes pourrait aussi trouver sa pertinence afin d’enrayer ces phénomènes démographiques. Peu importe le schéma, c’est le principe d’une ouverture de lycées parisiens aux franciliens qui devrait être sur la table. Comme à Paris, les grandes villes de Lyon, Marseille, Lille souffrent du manque de mixité sociale. Les questions démographiques devraient davantage pousser les élus à réformer la carte scolaire pour permettre de décloisonner les centres villes et les banlieues.

Renforcer l’école publique

A Paris, 34% des élèves sont dans un établissement privé, plus qu’à New York. 34%, le chiffre est énorme et les voies de contournement du système public sont très nombreuses. Cela résulte du financement public, qui permet aux familles de payer des frais d’inscription raisonnables dans ces établissements. Il n’est pas inutile de rappeler que l’école privée bénéficie de 10 milliards d’euros de subventions en France, que ces écoles n’ont aucune obligation de respecter la carte scolaire et que les critères de recrutement des élèves ne sont pas transparents. Ni la laïcité, ni la contrainte de la mixité sociale ne sont obligatoires. Ce phénomène doit être rapporté à la réforme des lycées professionnels qui est en cours d'élaboration. Car l’État subventionne également sa propre concurrence à travers le renflouement régulier de France Compétences qui finance ensuite les Centres de Formations d’Apprentis (CFA). Avec la réforme, les CFA qui sont des organismes privés vont venir concurrencer sérieusement les lycées professionnels. A force de financer le secteur privé de la formation, il ne restera plus grand chose au secteur public.  

La Tour Eiffel © Robert Delaunay, 1926

Le maintien des lycées parisiens ouvert est donc un enjeu crucial, tant pour l’école publique que pour les élèves. On pourrait être sensible aux arguments de Mme Pécresse qui affirme que cela ne concerne « que » 700 élèves cette année mais cela s’inscrit dans un contexte où le secteur privé se développe au détriment de l’école publique. L'absence de concertation initiale montre à quel point la volonté de passer en force était préméditée.  Défendre les lycées parisiens ne concerne pas que les lycées professionnels ou leurs filières très spécifiques, c’est une nécessité pour la défense de l’école de la République.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau