Gervaise THIRION
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

3 Éditions

Billet de blog 5 août 2016

« Vous n’aurez pas ma haine », réponse sereine à tous les terroristes

Antoine Leiris, journaliste, chroniqueur culturel à France Info et France Bleu, a perdu sa compagne Hélène, l’amour de sa vie, dans l’attentat du Bataclan. Sa lettre, postée le 16 novembre 2015 sur les réseaux sociaux, est l’un des chapitres de son livre portant le même titre (chez Fayard).

Gervaise THIRION
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le chaos

Le hasard a fait que les « ambassadeurs de la haine », ont fait basculer avec un indicible brutalité  l’existence de l’auteur dans la confusion la plus totale et la douleur la plus profonde.

On vit avec lui  chaque instant de ses 12 journées qui ont suivi le 13 novembre, date à partir de laquelle « un père et un fils vont s’élever seuls sans l’aide de l’astre auquel ils ont prêté allégeance ».

L’absence vient brutalement s’installer, meubler leur vie. « L’absence qui n’est pas le contraire de la présence, mais l’omniprésence, une présence multipliée, une présence erronée… » fait remarquer judicieusement  Yann Moix dans sa critique sur ONPC. On a rarement vu ce chroniqueur cruellement taquin aussi sincèrement respectueux, laissant son cynisme de comédie habituel dans la poche. C’est dire !

Quand un être cher disparait, celui qui reste s’effondre, meurtri, anéanti et, malgré tous les témoignages de condoléances, de compassion, de solidarité, tous les messages d’amitié plus ou moins habiles « les gros sabots des vivants », il se retrouve seul, dans son drame.

 C’est ainsi, il doit faire avec, et

 Vivre, malgré tout

 Reconstruire une vie non pas « contre » (ceux qui l’ont détruite) mais ensemble, « avec » Hélène, l’absente, et son fils, à trois.

Le papa doit accomplir tous les gestes quotidiens, tous les actes routiniers de la vie, les habitudes instaurées, avant,  par une maman soucieuse de l’équilibre de son enfant.

Malgré toutes les urgences de la situation, le chagrin, sa vie dévastée, l’homme debout est obsédé par l’obligation de préserver son  bébé, dont la seule arme est le jeu. « Le sommeil d’un bébé ne s’encombre pas des horreurs du monde ».

Penser les mots, trouver les mots.

Depuis quelques temps, des mots qu’on voudrait effacer, envahissent notre vocabulaire: barbarie, massacre, bain de sang, terrorisme, guerre, violence, mort, haine, peur, guerre civile, sécurité…L’auteur évite, de justesse le terme de « bouch… ». Nous ne le dirons pas non plus.

Tous ces mots, témoins des évènements, sont, en permanence, utilisés sur  les  réseaux sociaux, les chaines d’info en continu (ou pas) qui jouent « le grand concours du titre le plus racoleur, le plus pervers, celui qui nous maintient captifs. » Ces mots sont ressassés aussi par les politiciens qui, en toute indécence, font souvent dans la surenchère du tout sécuritaire, échéances électorales obligeant.

A tous, on a envie de dire ASSEZ ! « Taisez-vous et lisez ! »

Lisez ce texte sobre, poétique, fort, magnifique qui nous ramène à la douceur, à la tendresse, à l’intelligence, l’apaisement.

Parce qu’ « on ne sèche pas les larmes sur les manches de la colère ».

Antoine Leiris retrouve son esprit et les mots pour s’adresser aux responsables de la catastrophe qui a brisé sa vie : «  je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr… Répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes… Dévasté par le chagrin je vous concède cette petite victoire, elle sera de courte durée… Toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre ».

A tous les mots sinistres Antoine Leiris en oppose d’autres qui sont : Vie, Amour, Joie, Beauté, Rire, Dignité.

Son récit est émouvant, bouleversant, on pleure beaucoup et pourtant  il est lumineux, calme, porteur d’espoir en la nature humaine.

 L’aspect littéraire d’une  sublime simplicité est là et n’apparaît pourtant qu’après.

C’est aussi un très beau plaidoyer pour la culture face à l’ignorance.

« On ne se soigne pas de la mort, On se contente de l’apprivoiser ». Et de quelle manière !

Admirable ! A lire avec un mouchoir à la main mais on en sort soulagé.

G Thirion

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone