Gervaise THIRION
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

3 Éditions

Billet de blog 14 mars 2017

Paris, Alger, Manille, Lampedusa, Strasbourg ... Né quelque part

"Fuocoammare, Par delà Lampedusa " et Pietro Bartolo," L'ange des migrants", Prix de la Tolérance.

Gervaise THIRION
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Né quelque part

Maxime Le Forestier

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille

On choisit pas non plus les trottoirs de Manille

De Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher

Être né quelque part

Être né quelque part, pour celui qui est né

C'est toujours un hasard

Cette très belle chanson de Maxime Le Forestier (1988) illustre l’événement  de la fin de la semaine dernière à Strasbourg. En deux séquences.

"Fuocoammare, Par delà Lampedusa "

Au cinéma  l'Odyssée fut présenté en introduction ou mise en appétit ou en rappel, le documentaire de Gianfranco Rosi,  Ours d'or de la Berlinale 2016.

Son titre "Fuocoammare" qui signifie  "Mer en Feu", est celui d'une chanson populaire que chante Maria une habitante de Lampedusa. Elle y relate l'incendie d'un bateau au large des côtes pendant la seconde guerre mondiale. Rien à voir, donc, avec l'actualité ? Si  et on finit par comprendre pourquoi ce film est  devenu LE documentaire sur la crise des migrants.

Car le déferlement des médias, venus « couvrir » parfois en direct, les multiples naufrages aux abords de l'île, a fait de Lampedusa le symbole de la "tragédie des migrants". Le cinéaste interroge l'impact réel de toutes ces images qui frisent le voyeurisme et  finissent par devenir banales. Eh oui !

Gianfranco Rosi a pris le parti de choisir un angle de vue tout à fait différent en suivant le quotidien de quelques habitants  de Lampedusa : Samuele, un garçon de 12 ans et sa famille de pêcheurs, un animateur de radio locale, un plongeur, un médecin ...  Avant tout, il y a une vie paisible, ordinaire sur ce caillou rocheux de Méditerranée jadis prisé des touristes ou vacanciers ordinaires aussi.

Pas d'interviews, pas d'information, des scènes filmées en silence et laissées à la libre interprétation du spectateur. Le propos est avant tout métaphorique comme par exemple l'"oeil paresseux" de Samuele , venu se faire soigner chez le médecin. Analogie avec  notre situation face à la crise migratoire ?

Autre triste constat, celui de "l'Europe  qui veut maintenir une grande séparation avec les migrants".

Les insulaires de Gianfranco Rosi ne rencontrent plus les migrants depuis la tragédie du 3 octobre 2013 où 366 personnes sont mortes à quelques encablures de l'île.

La mise en place de dispositifs (opérations Mare Nostrum, Triton) par le gouvernement italien ou par Frontex, l'Agence européenne des frontières, a abouti à une "institutionnalisation" de l'accueil en reportant la frontière européenne non plus à Lampedusa mais au loin, en pleine mer. Paradoxalement le nombre de morts en mer continue d'augmenter .

 "La méditerranée est devenue un tombeau".

Pietro Bartolo," L'ange des migrants", Prix de la Tolérance.

L'Association des Amis de Marcel Rudloff  milite depuis 20 ans pour" la défense de l'esprit de tolérance et le respect de l'autre", valeurs qu'incarnait l'ancien maire de Strasbourg , Président du Conseil Régional et membre du Conseil Constitutionnel, décédé en 1996.

Cette année, Pietro Bartolo, médecin gynécologue , directeur du centre de soins à Lampedusa a été choisi pour recevoir Le Prix de la Tolérance. Il lui a été remis vendredi au Palais de Droits de l'Homme dans une cérémonie émouvante. Le lieu ne pouvait être mieux adapté pour célébrer le premier droit de l’Homme, le droit à la Vie.

Pietro Bartolo est le seul protagoniste du film de Rosi à être directement, "physiquement",  en contact avec les migrants.

Il n'a pas choisi de naître, en 1956, à Lampedusa.

Lampedusa, îlot de rêve au milieu de la Méditerranée  (à peine plus de 20 km2 de superficie,  6000 habitants) ses côtes, ses plages, son soleil, ses touristes... Mais aussi passage quasi obligé des bateaux de clandestins venant de Tunisie, de Lybie... vers l'Europe.

 Depuis les années 90, combien de naufrages dans ce canal de Sicile?

C'est ainsi que le "dottore", revenu, chez lui après ses études, exercer la médecine, s'est trouvé confronté  à une situation qu'il n'avait sans doute pas imaginée.

Cela fait plus de 25 années, jours et nuits,  qu'il se dévoue corps et âme au secours des migrants et des réfugiés.

Toujours en première ligne quand un de ces rafiots conduits par des passeurs sans scrupules  vient sombrer non loin de ses côtes, il a du faire face à  des pathologies qui n'ont pratiquement plus cours sous nos latitudes :déshydratation, hypothermie, traumatismes liés aux coups, aux tortures, aux viols , brûlures chimiques dues au gazole... Il lui a fallu  aussi se transformer tour à tour en chirurgien ou en médecin légiste selon l'urgence.

Les spectacles horrifiants  auxquels il a assisté le hantent en permanence et sont la source  de cauchemars récurrents. Chaque bateau annoncé lui crée des angoisses terribles. Il a peur parfois de ne pas tenir et pourtant, pas question de renoncer, fût-ce au péril de sa santé. Pour lui, mourir de la guerre ou de la faim c'est pareil.  Tous ces  êtres humains vivent l'enfer, il faut les  aider et leur restituer leur dignité..

Il a conservé, sur une clé USB, les images de ces  tragédies et confié l'histoire de ses expériences éprouvantes à la journaliste Lidia Tilotta. L'ouvrage "les larmes de sel" vient de paraître en librairie. Afin de faire savoir ce qui se passe là-bas et dénoncer... Les gouvernements qui ferment leurs frontières, dressent des murs, posent des barbelés, en croyant pouvoir arrêter l'immigration, lui font honte et le mettent en colère.  Ces mesures couteuses sont complètement inefficaces !

Combien de personnages de cette trempe se battent encore pour que persiste un peu d'humanité dans ce monde imbécile  et cruel? Beaucoup c'est sûr, à Lesbos, à Calais ou ailleurs. Mais nous en connaissons si peu.

Celui-ci, en tous cas, en toute  humilité, nous donne une sacrée leçon!

Gervaise Thirion.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
« On verra bien » : à la frontière polonaise, des réfugiées optent pour le retour en Ukraine
Depuis près d’un mois, des Ukrainiennes ayant trouvé refuge en Pologne choisissent de rentrer dans leur pays. Si chacune a ses raisons, toutes constatent que si le conflit s’installe dans la durée, leur ville d’origine semble désormais « plus sûre ».
par Nejma Brahim
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart