Petite polémique...

j'ai envoyé l'article précédent à la FNACA, Service Juridique, pensant que la qualité de cet article les amènerait à infléchir leur position et à, au moins un peu, partager l'action que je mène pour faire reconnaître que la Guerre d'Algérie a bel et bien provoqué nombre de traumatismes psychiques, fortement niés par les pouvoirs publics et par tous ceux qui , au sein de la FNACA, se sont découvert une âme d'ancien combattant, cocardière, se refusant obstinément à réfléchir sur la nature de cette guerre qu'ils ont subie, eux comme tous les autres appelés ou rappelés.

Cela a entraîné une petite polémique révélatrice des orientations plus que social-démocrates des dirigeants actuels de la FNACA, sous couvert de leur "a-politisme"... Et dire, que dans le même temps, les nostalgiques de l'OA.S. continuent à réciter leur même catéchisme depuis 45 ans, à savoir que la FNACA serait une organisation de masse du PCF !!!!

Courriel de Michel HUET (Responsable du Service juridique de la FNACA);

Cher Ami,

Dans la mesure où nous traitons du droit à réparation et instruisons les quelques dossiers transmis, le service juridique oeuvre dans le cadre de la mission qui est la sienne. Si tu as connaissance de dossiers précis, il est permis de penser que tu as fait le nécessaire pour qu'ils soient étudiés. Comme déjà indiqué, nous ne sommes pas là pour apporter de l'eau au moulin de ceux ou celles qui veulent faire de l'audimat, contribuer au succès de leurs ouvrages, justifier leurs vues et leur situation en généralisant par exemple la situation de traumatisé à tous les vétérans, à faire de tous des artisans et complices des exécutions sommaires, des rafles, des tortures et des viols mais aussi à mettre en exergue la guerre glorieuse qui a mené à l'indépendance.
Nous avons d'ailleurs débattu, à l'occasion, de ce sujet au sein de la commission qui entend se limiter au strict droit à réparation tel que défini par le code des P.M.I. ce qui ne l'empêche pas d'agir en cas de non observation des règles édictées qui a amené, le 18/7/ 2000, la suppression de la circulaire 616 B du 6 juin 1992. J'ai participé personnellement à des réunions, avec notre Président National mais aussi avec un ami médecin, qui ont permis cette suppression qui vidait totalement de son contenu l'esprit du décret du 6 janvier 1992.
Michel HUET

 

Réponse de Gilbert ARGELES (simple adhérent):

"Si tu as connaissance de dossiers précis, il est permis de penser que tu as fait le nécessaire pour qu'ils soient étudiés"

 

Réponse: j'essaie de parler d'hommes souffrants...et tu me réponds "dossiers" et "circulaires"... Es-tu à ce point coupé des réalités pour ne plus percevoir et comprendre, en regardant et en écoutant nombre de vétérans de la guerre d'Algérie, (mis en confiance, ils parlent de leurs cauchemars, des troubles à leur retour, parfois de leur divorce etc... etc...) que nombre de traumatismes demeurent...Qu'ils vivent avec. Qu'ils en parlent souvent avec leur médecin de famille sans percevoir clairement les origines. Que certains l'ont écrit. Que d'autres l'écrivent encore... Même mon médecin (pourtant plus jeune que moi) m'en parle et me questionne car il a parfois du mal à comprendre certains de ses patients...

A ce niveau, ce ne sont pas des dossiers de demande de pension qu'il faut faire, c'est un dossier sur la massification des troubles de guerre. C'est ce qu'a très bien fait le Congrès des psychiatres franco-algériens de 2003 que tu ne peux pas accuser de "mettre en exergue la guerre glorieuse qui a mené à l'indépendance."

Pas plus que l'A.R.A.C. d'ailleurs ou ce médecin de l'ouest de la France , conseiller de la FNACA, qui a, lui aussi ,beaucoup parlé et écrit sur les traumatismes de guerre (j'ai oublié son nom).Tous ceux-là ont servi la cause de la Paix (très important cela au moment où les belliqueux de tout poil mènent leur propagande néo-coloniale , pro OAS etc...)

 

"nous ne sommes pas là pour apporter de l'eau au moulin de ceux ou celles qui veulent faire de l'audimat, contribuer au succès de leurs ouvrages, justifier leurs vues et leur situation en généralisant par exemple la situation de traumatisé à tous les vétérans, à faire de tous des artisans et complices des exécutions sommaires, des rafles, des tortures et des viols mais aussi à mettre en exergue la guerre glorieuse qui a mené à l'indépendance."
Réponse: voilà un bel exemple d'amalgame en une seule phrase: tout y est ! Il n'y a pas place pour l'objectivité, la recherche, les témoignages. Tout est donc biaisé avec des intentions cachées; faire des appelés les complices ("complices des exécutions sommaires, des rafles, des tortures et des viols ")...Alors que l'essentiel est de montrer que nombre d'entre eux ont d'abord été des victimes d'une guerre particulière (que j'appelle "guerre coloniale" alors que la FNACA continue de faire semblant d'appeler "guerre patriotique" avec des appelés qui "ont bien servi la France" ou 'qui ont fait leur devoir" et autres expressions cocardières qui doivent bien faire rigoler les hommes politiques de l'époque, de la droite jusqu'à Mitterrand (dont on commence à percevoir le rôle négatif dans cette guerre sur de nombreux plans).

 

"en généralisant par exemple la situation de traumatisé à tous les vétérans,"

Réponse; c'est de la mauvaise foi: nulle part il n'a été écrit que "tous" les vétérans souffraient de traumatismes importants". La preuve, c'est que les amis qui dirigent la FNACA sont tous sans exception, exempts de troubles.!.. Pourtant, pour en avoir côtoyé pas mal durant quelques années, je sais très bien qu'il y en a, parmi eux, qui ont souffert et qui me l'ont dit, comme me l'ont dit aussi bien des responsables de la FNACA-38, sans que cela les empêche d'oeuvrer beaucoup pour la défense des droits des A.C. d'Algérie et developper notre Fédération.

 

Je pense qu'il est inutile de continuer notre controverse par mails successifs: tu as sans doute mieux à faire. Et moi de même qui continuerai mes recherches en en publiant les résultats et mes commentaires dans la place que Médiapart a bien voulu me réserver et que je continuerai à faire connaître,,sans aucune ambition personnelle.ne faisant pas partie de "ceux ou celles qui veulent faire de l'audimat, contribuer au succès de leurs ouvrages, justifier leurs vues et leur situation " , expression bien méprisante à l'égard de celles et ceux qui ne pensent pas comme toi....

 

Cordialement

Gilbert ARGELES

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.