je me cramponne...

il y a longtemps que nous formons un "couple de nage", chaque aviron tirant l'eau de façon à augmenter la puissance de l'autgre, et de conserver la direction assignée à l'esquif commun.

Pendant tant de décennies, nous avons ramé ensemble ...et, aussi, paradoxalement, chacun en solitaire.Trois "bateaux."..

Si, aujourd'hui, en perdition, je me cramponne, c'est parce que je sais qu'elle l'est autant que moi. Que les projet personnels prennent l'eau. Et que, si l'in des deux disparaît, l'autre ne sera plus même "seul", deviendra un "pris en charge" par d'autres.

Nous nous sommes toujours appelés par des sobriquets (inventés par nos filles)  ou des diminutifs. Jamais de "mots tendres" : ce n'était pas "notre genre".Mais je l'aime, et je sais qu'elle m'aime : nous nous le sommes prouvés par des actes, souvent difficiles et épuisants,; aveec et pour l'autre du couple de nage..

Les réussites de projets personnels ont, en même temps, signifié puissance accrue du couple. Même s'il y eut, parfois, conflit, l'esquif commun n'est jamais resté sans deux avirons tirant ensemble. Et nous avons pu  ramer aussi dans d'autres engins plus grands...et à la limite, avec toute notre espèce.

Tout cela est précieux :je me cramponne...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.