spécialité? Non-spécialiste...

L'examen de nous façons de penser et d'agir révèle trois "vices" partout présents : catégorisations, systèmes, fixismes

Considérons sans a priori (si cela nous est possible) une journée de vie humaine.

Nous ne parvenons à l'observer, à en parler, à y penser, qu'au travers de nos trois défauts :

les catégorisations  "genre", "profession", habotat, appartenances cultureles, linguistiques, religieuses, etc ("c'est un"...)

les systématisations "un homme, c'est"...être catholique, c'est...

les fixismes :les aspects évolutifs  de toyut ce qui existe sont "gommés" par les dénominations catégorisantes, les systématisations  "bloquiées", les édéfinitions", les "mots".

une journée : s'éveiller, se lever, se laver, s'habiller :savoir-faire comportant repères perceptifs, capacités gestuelles, repères sociaux, situation familiale, etc..De's "dspécialités" de tut un chacun...avec des particularotés personnelles évolutives (ex : gaucher)

Confectionner et prendre son petit déjeuner :choix culturels, de santé, de convitions, fqamiliaux...et compétences diverses de "cuisine"

Entrer dans les activités du matin...s'il y a déplacement, savoir, etc....Tâches liées aux activités personnelles et sociales (le détzail est d'une diversité hallucinante), savoir-faire corporels et "techniques", savoirs sociaux (situation de la circulation, hypothèses de "gain" (de sûreté, de temps, etc).

Sans aller plus loin, on voit que Mr Tout-le-monde est multi-appartenances, multi-spécialiste, porteur de très nombreux projets, asservi à de nombreuses contraints....et que ce qu'il est, fait, pense, ne peut s'exliquer que par "son histoire" semblable à nulle autre.

Si l'on parle de lui comme "Mr Duval, électricien à la SNCF", c'est vague, ultra-simplificateur, "de parti-pris" (on choiosit de ne parler de lui que sous tel ou tel aspect)

Et cela reste valable si c'est Mr Duval que pense à lui-même...peut-être, à ce moment-là, qu'il "laisse sous la table" des aspects de lui-même importants dans la situation présente..

Nous ne pouvons pas nopus libérer de nos trois "vices"...lais nous pouvons et devons être vigilants vis-à-vis, et de nous-mêmes, et d'autrui ; prudents dansnos paroles et nos actes, modestes dans nos "ambitions" de savoir, de comprendre, d'être "capables"...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.